ÜMMÜHAN VE BEN

ÜMMÜHAN VE BEN

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

ÜMMÜHAN VE BEN

SELAM ADIM ALİ 30 YAŞINDA ATLETİK YAPILI YAKIŞIKLI BİRİYİM SİZLERE YAŞADIĞIM GERÇEK BİR OLAYI YAZACAĞIM
UZATMADAN YAZMAYA BAŞLIYAYIM BEKARIM DAHA EVVEL TÜRLÜ MACERALARIM OLDU ANCAK BU SON YAŞADIĞIM VE HALEN YAŞAMAYA DEVAM ETTİĞİM OLAY BAŞKA. HER GÜN İŞE GİDERKEN ADININ ÜMMÜHAN OLDUĞUNU SONRADAN ÖĞRENDİĞİM EVLİ VEDE İKİ ÇOCUKLU BAYAN MUTLAKA YA KAPININ ÖNÜNDE YADA YOLDA ÖNÜME ÇIKIYOR BAKIŞIYOR GEÇİYORDUK GENE BÖYLE BİR GÜN MERDİVENLERDE KARŞILAŞTIK BANA İŞİNİZ VARMI BİZİM ÇAMAŞIR MAKİNASININ HORTUMU SU KAÇIRIYOR BİR BAKAVERSENİZ DEDİ BENDE TABİ DEDİM EVİNE ÇIKTIK BAKTIM GERÇEKTEN HORTUM GEVŞEMİŞ SU KAÇIRIYORDU ANAHTAR İSTEDİM YOK DEDİ EVDEN GETİRDİM VE SİKTIM ARIZA GİDERİLMİŞTİ SANA BİR KAHVE YAPAYIM DEDİ KAHVELER GELDİ HEM İÇİP HEM KONUŞUYORDUK KOCASININ EVE HAYRININ OLMADIĞINI ON AYDIR ANTALYADA ÇALIŞMAYA GİTTİĞİNİ AYDA BİR UĞRADIĞINI ONDADA KAVGA ETTİKLERİNİ ANLATTI.
ÜMMÜHAN TAM BİR KÖYLÜ KADINI GİBİ DAVRANIYOR BİRŞEY SÖYLEYECEK GİBİ OLUYOR SONRA VAZGEÇİYORDU.TAM ÇIKACAĞIMDA BİR ARIZA DAHA VAR AMA SÖYLEYEMİYORUM DEDİ BENDE NERESİ DEDİM ETEĞİNİ İNDİRİVERDİ SENİ GÖRDÜĞÜM GÜNDEN BERİ SU KAÇIRIYOR ŞUNADA BİR BAK DEYİP AMCIĞINI AÇTI KABAK GİBİ TRAŞ EDİLMİŞ TAM YEMELİKTİ BANA APTAL HORTUMU BEN BİLEREK GEVŞETTİM ANLAMADINMI DEYİP BOYNUMA SARILDI SENİ İSTİYORUM SEN BENİM GİZLİ AŞKIMSIN SİK BENİ OSURT DIRMALAT HADİ AŞKIMMM DEYİP ÖPMEYE BAŞLADI BENDE ÇOCUKLAR GÖRECEK DEDİM ONLAR DIŞARIDA OYNUYORLAR SENDE BENİMLE OYNA HAYATIM DEDİ GÜNAH BENDEN GİTMİŞTİ…
ÜMMÜHAN GEL AŞKIM YATAĞA GİDELİM DEDİ YATAĞA GEÇTİK ÜSTÜNDE KALANLARIDA BEN ÇIKARDIM ODA BENİ SOYMUŞTU BİRDEN YARAĞIMI KAVRAYIP TAM İSTEDİĞİM GİBİ DEYİP YALAMAYA BAŞLADI SONRA 69 POZİSYONUNDA AMINI GÖTÜNÜ YALAYIP ÇILGINLAR GİBİ SEVİŞİYORDUK SONRA SIRT ÜSTÜ YATIP GEL KOCACIĞIM GİR BAKALIM BAHÇEMİ BEĞENECEKMİSİN DEDİ YARAĞIMI AMINA DAYADIM BAŞINI SOKMUŞTUMKİ OHHHHHHHH DİYE BİR SES SOK AŞKIM YANIYORUM SÖNDÜR ATEŞİMİ KOCAM OLACAK SİNEK GİBİ KONUYORDU SOK SOK SOK DİYE MIRILDANIYOR BENSE TAM KÖKLEMİŞ ÜMMÜHANIN MEMELERİNİ ISIRIYOR KALÇALARINI TOKATLIYARAK POMPA ÇEKİYORDUM.
BU KADIN ÖYLE KUDURMUŞTUKİ YARAK DİYE ÖLÜYOR ARADA BİR ÇIKARIP AĞZINA ALIYORSAKSO ÇEKİYOR TEKRAR ÜSTÜNE OTURUYOR POMPALIYORDU UZUN SÜRE BÖYLE HER POZİSYONDA SİKİŞTİK TAM PATLAYACAĞIMDA ÇIKARDI YARAĞIMI ELİNE ALIP OTUZBİR ÇEKER GİBİ OYNUYOR DAĞITTIN BENİ HADİ HADİ HADİ DERKEN BEN YÜZÜNE PATLATTİM İKİMİZDE NE YAPTIĞIMIZI BİLİYORDUK AKŞAM İÇİN SÖZLEŞTİK AYRILDIM AKŞAM İŞ DÖNÜŞÜ DOĞRU ONUN EVİNE GİTTİM YALNIZDI ÇOCUKLARI AKRABALARINA BIRAKMIŞ KAPIDA ÖPÜŞMEYE BAŞLADIK OGÜN NE AMCIĞI KALDI NE GÖT DELİĞİ DAĞITTIM ONU BUNDAN SORAKİ HİKAYEMDE YAZACAĞIM. KOCASI ŞİMDİLERDE YİNE ANTALYADA ARADA BİR GELİYOR ONADA ÜMMÜHAN AM VERMİYOR ÇÜNKÜ BEN YETİYORUM BİLMEM SONUMUZ NE OLACAK ÜMMÜHAN KOCASINDAN AYRILACAK BERABER YAŞAYACAĞİZ…

Posted by hisar90 6 days ago

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Piknikte Komşumun Kocası Götümü Sik

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Piknikte Komşumun Kocası Götümü Sik

Piknikte Komşumun Kocası Götümü Sikti!
Selam değerli arkadaşlar, benim ismim Dilan. Ankarada oturmaktayım. 3 yıllık evliyim ve 2 yaşında bir kızım var. 1.70 boyunda, 90-65-95 ölçülerine sahip, etrafımca güzel denilen, kumral tenli bir bayanım. Dekolte ve dar kotlar giymeyi çok seviyorum. Şunu da belirtmek isterim ki, popoma herkes hastadır. Ne zaman alışverişe gitsem, ne zaman çarşıda pazarda yalnız yürüsem, esnaf adamların yada markete giderken önünden geçtiğim dükkan sahiplerinin popoma bakarak iç geçirdiklerini çok iyi biliyorum. Götümü o ana kadar hiç siktirmediğim halde, aslında gizliden gizliye merak ta etmiyor değildim hani :)) Bir keresinde ise hiç tanımadıgım bir erkeğin arkamdan, “Güzelim senin o götüne benimkini bir soksam dünyalar benim olur!” dediğini duydum ve içimden, ‘Keşke soksan erkeğim, benimde öyle olur valla!’ diye geçirdim :)) Yani anlayacağınız götüme bu tür bakmalara ve laf atmalara alışığım.

Geçen sene başıma gelen olayı ilk defa burda paylaşıyorum, artık içimde tutamıyacağım ve başka birine anlatsam utancımdan öleceğimi biliyorum. Bundan yaklaşık 1 yıl önceydi. Bir Pazar günüydü. O gün kocam çalışmıyordu ve arkadaşlarının yanına gitmişti. Bense çocuğu uyutup evin işlerini bitirmiştim. Hava çok güzeldi, evde bunaldım, canım dışarı çıkmak istedi. Kocam olacak salağı aradım ve “Ali nerdesin?” diye sordum. “Arkadaşlarımın yanında kahvedeyim canım, birşey mi oldu?” dedi. “Hayır birşey olmadı, ama evde canım sıkıldı, gel de bizi biryerlere götür!” dedim. Kocam tamam deyince hazırlanmaya başladım. Yine altıma dar bir kot, üstüme yakası açık bir bady giydim, atlet giymeden sadece bir südyen taktım ve kocamı beklemeye başladım. Kocam geldiğinde çocuk ta uyanmıştı. “Ali hadi çocuğu da alalım pikniğe gidelim.” dedim. Kocam da, “Tamam olur. Kemal beyle eşi Banu hanıma da haber verelim mi? Belki onlar da gelmek isterler.” dedi. “Farketmez, gelsinler.” dedim. Onlara da haber verdik, onlar da geldiler. 2 araba yola çıktık. Yolda alışveriş falan derken piknik yerine vardık. Sonunda yerleştik ve çayımızı demleyip oturduk sohbete başladık…

Bizimle beraber gelen Banu ile Kemal, karşı binada oturan komşularımızdı. Onlarla oldukça samimiydik. Banunun kocası olacak Kemal pezevengi, arada sırada bana kaçamak bakışlarını yakaladığım, aklı sikinde olan birisiydi. Banunun anlattığına göre, siktigi zaman Banu 3 gün oturamıyormuş. Banu bana gerdek gecesini ve bazı geceler sikşmelerini tüm ayrıntılarıyla anlatırdı. Orospu bir de öyle bir ballandırarak anlatıyor ki, sormayın, sanki kocası beni sikmiş gibi oluyorum her seferinde. Neyse, bu arada kocam mangalı falan yaktı, Pirzolalar köfteler pişti, yedik içtik oturuyorduk. Herkeste bir mayışma başladı. Benim kızın uykusu geldi, arabaya yatırdık uyudu. Benim çişim gelmişti, ama burda nerde yapacaktım, her yer açıktı, ağaçlık alan ise uzaktı. Okadar sıkıştım ki, zor tutuyorum, nerdeyse donuma işeyeceğim. Çaresizce etrafa bakınırken, Banu, “Ben de sıkıştım, kız gel hadi bakınıp durma, beraber ağaçların oraya gidelim!” dedi.

Ben de kocama seslendim, “Ali hadi uyan, biz WC’ye gitcez, bize götür!” dedim. Ama nerdeee, bizim herifin karnı doydu, Rakıları da lüp lüp götürdü, uyanır mı hiç? İçimden, ‘Adi herif, inşallah karını ormanda biri bağırta bağırta siker de, onu bile duymazsın!’ dedim ve Banuyla yalnız gitmeye karar verdik ve yanımıza peçetelerimizi aldık, ayaklandık. O sırada Banunun kocası gözlerini açtı ve “Ben size eşlik edeyim kızlar, merak etmeyin ben arkanızda olacağım!” dedi. İçimden, ‘Hapı yuttun Dilan, asıl şimdi merak et!’ dedim. Banu da, “Sağol aslan kocam!” diyerek yola çıktık. Araba ile gidemediğimzden yürüyorduk, Banunun kocası ise arkamızdan geliyordu. Banu da benim kadar sexy bir kadındır, o da benden aşağı kalmaz ve o gün dapdar bir eşofman giymişti. Arada bir arkama baktığımda, her seferinde kocasının götüme yiyecekmiş baktığını gördüm ve birşey diyemedim. Böyle ilerleyerek 5 dakika falan yürüdük ve ormana girdik, piknik yaptığımız yer gözden kayboldu…

Banuya, “Hadi hayatım sen şöyle yap, ben de az öteye yapayım!” dedim. Banu orda bir ağacın arkasına gitti, ben biraz daha ilerilere gittim. Pantolonumu (dar olduğundan) zorla indiridim ve işemek için yere çömeldim. Etraf çok sessizdi, birden korktum ve Banuya seslendim, “Banuuuuu? Banuuuuuu?” diye. Ama birkaç metre ötemde olmasına rağmen Banudan cevap gelmeyince kocasına seslendim, “Kemal abiii? Kemal abiiiiiiii?” diye. Kocasından da ses gelmeyince iyice korkmaya başladım. Hemen peçete ile amımı silip kalktım ve etrafa göz attım. Ama ikisi de ortalıkta yoktu. Derken arkamdan bir çıtırtı duydum ve daha arkamı dönemeden ağzımı bir el kapattı. Korkudan aklım çıktı, arkama dönmeme izin vermiyordu. Elinin birisini götüme atınca, bu olsa olsa Banunun sapık kocası Kemaldir diye şüphelendim ve çırpınmaya başladım. Kulağıma, “Şşşttt, sesini çıkarma, ben Kemal!” deyip elini ağzımdan çekti ve “Sakın ses çıkarma, kocan duyarsa rezil olursun!” dedi. Ben de, “Birşey yapmaya kalkarsan bağırırım, karın duyar, sen rezil olursun!” dedim…

“Banu duymaz, baygın yatıyor!” dedi. Meğerse Banu çişini yaptıktan sonra ayağa kalkarken tansiyonu düşmüş ve bayılıp yere yığılmış. Pezevenk kocası da bunu görünce, gidip Banuya yardım edip onu ayıltacağı yerde, benim yanıma gelmiş! Elinin birisiyle götümü avuçlarken, diğer eliyle de göğüslerimi yoğuruyordu. “İster güzellikle olacak, ister zorla! Seni burda sikmeden gitmem! Güzellikle olursa kimse farkına varmaz, zorla olursa üstünü başını yırtar, yerlerde süründürür yine sikerim, ozaman bunu da kocana nasıl açıklarsan açıkla bakalım, ben Banuyu ayıltmaya çalışıyordum derim işin içinden çıkarım!” dedi. Haklıydı, ben artık çırpınmayı bıraktım, kocama da kızdığımdan, “Tamam, acele et ozaman, kocam uyanmadan işini bitir de gidelim!” dedim. O da, “Emrin olur fahişem, sen hiç merak etme, o pezevenk kocan uyanmadan amını götünü dağıtırım!” dedi. “Nebiçim konuşuyorsun sen öyle, düzgün konuşşana sapık herif!” dedim. “Hemen kızma güzelim, sende de hiç fantazi yokmuş!” dedi. “Tamam tamam bırak fantazi yapmayı da hadi acele et!” dedim…

Kemal pantolonumu külotumla birlikte dizime indirip başladı götümün yanaklarını avuçlamaya. “Senin bu götüne hastayım Dilan, sen bir Huri misin? Bu nasıl göt yaa?” deyince ve beni bir gülme aldı. “Hadi tamam uzatma, öyle bir göt işte, sen sikmeme bak! İyi sikersen ve akıllı olursan, bu göt daha çoooooook çıkar karşına!” deyiverdim. O da, “Sen yeter ki iste orospum, fahişem benim! Senin o götüne kurban olurum!” diyerek yumuldu arkama ve göt deliğimi yalamaya başladı. Bir götümü, bir amımı yalaması beni iyice azdırdı. Zevkten deliriyordum, “Hadi Kemal abi, sik artık ne olur! Beni iyice azdırdın sapık herif, sikeceksen sik artık, Banu ayılacak, kocam uyanacak, hadiii!” dedim. “Tamam Dilanım, seni öyle bir sikecem ki, ömrünce unutamaycaksın, aklından çıkmayacak, rüyalarına girecek ve hergün Kemalin yarrağı, Kemalin yarrağı diye sayıklayacaksın!” dedi. “Bak sennnnnn, öyle mi? Hadi sikte görelim şu meşhur yarrağını!” dedim. Dememle birlikte pantolununu indirdi ve yarrağı da külotundan kurtuldu. Ama ne kurtulma, göbeğine öyle bir çarptı ki, inanın korktum. Hemde nasıl korktum, hemen pantolonuma külotuma sarılıp yukarı çekmeye çalıştım…

Ama nafile, Kemal sapığı, “Ne oldu kız orospu? Rahat dursana! Tadına bakmadan nereye?” diyerek pantolonumu ve külotumu yeniden sıyırdı aşağı. Ben korkudan titreyerek, “Yalvarırım Kemal abi, ben o yarrağı nasıl alırım, başka ne istersen yapayım, ağzımla boşaltayım, ağzımdan diledigin kadar sik, ama onu bana sokma!” diyebildim. Kemal abinin yarrağından resmen tırsmıştım, korkudan titreye titreye bir hal oldum. Ama ok yaydan çıkmıştı birkere ve ben kendim kaşınmıştım. Adama kalkıp ta, karın ayılmadan, kocam uyanmadan beni hemen sik dersen, adam da böyle ballandıra ballandıra siker seni tabi! Bu yarrağı yemeden kurtulamayağıma aklım kesince kendimi bıraktım saldım artık. Anladım ki dönüşü yoktu, sike sike bu yarrağın tadına bakacaktım. Ve öyle de oldu. “Ağzına almaya okadar hevesliydin orospu, al bakalım!” diyerek beni önüne çöktürerek uzattı yarrağını. İlk defa kocamın yarrağından başka yarrak gördüm ve ağzıma alcaktım. Gerçi birazdan da götüme alacaktım 🙂

Yarrağını elimle tutup ağzıma yanaştırdım ve başladım yalamaya. Ama ağzıma sığmasını bırak, kafasını zor alıyordum ağzıma. Biraz yaladıktan sonra nefes almak için ara verdiğimde, “Bu nasıl bir yarrak Kemal abi? Banu anlatırdı da inanmazdım! Valla aynen dediği kadar varmış!” dedim. O da, “Banunun götü nasıl öyle büyüdü, nasıl öyle güzelleşti sanıyorsun? Bu yarrağın sayesinde işte!” dedi. Beni bir telaş daha sardı, yutkunarak, “Nasıl yani? Sen Banuyu götten de mi sikiyorsun Kemal abi?” diyebildim. “Ne sandın ya yavrum? Herşeyi anlatmış sana orospu, birtek götten siktiğimi mi anlatmadı? Göt sikmek gibisi var mı! Ne o? Salak kocan daha senin bu güzel götünü sikmedi mi yoksa?” dedi. “Abi ne sikmesi, kocam daha göt deliğimi yalamadı bile! Hem isteseydi bile ordan vermezdim ki!” dedim. “Bana vereceksin ama!” diyerek beni ayağa kaldırdı, yarrağını tükürükledi ve “Hadi dön arkanı Dilanım!” diyerek, hafif öne eğilmemi sağladı. Ben doğrulup, “Kemal abi pantolonumu çıkarıp şuraya yatayım, bacaklarımı açayım, daha kolay olur!” dedim…

“Gerek yok yavrum, sen domal!” diyerek yeniden eğdi beni. Arkama yanaşıp yarrağıyla amıma badana yaparken zevkten ölecektim, amımın suları akmaya başladı ve çok geçmeden titreyerek boşaldım. Titremeler yüzünden ayakta zor duruyordum valla. Amıma sokacak diye heyecanla beklerken, o yarrağının başını göt deliğimde gezdirmeye başlamıştı. Götümü delmeye kararlıydı, yine de son bir umutla yalvardım, “Kemal abi yapma kulun köpeğin olayım orama elleme, amımdan ne kadar istersen sik, ama oraya dokunma, yalvarırım ne olur yapma!” diye. Ama ikna edemedim pezevengi. Yarrağının kafasını birden götüme sokunca, acıdan ben, “Kemal abiiiiii!” diye nasıl bağırdım ama. Götümün acısından ayaklarımı falan hissetmiyordum. Tecrübeli piç, hani beni belimden tutmasa kesin düşecektim. Ben, “Kemal abi çıkarrr, yanıyor götüm!” diye yalvarmaya devam ederken, piç kalanını da öyle bir soktu ki, acıdan geberiyorum sandım, beynimde şimşekler çaktı, nefes bile alamıyordum. Sanki taşaklarını da götüme sokmak istercesine beni kendine iyice çekip bir süre hareketsiz bekledi…

Ve sonrasında yarrağını götümün içinde yavaş yavaş oynatmaya başladı. Hafif hafif çekip geri sokarak götümü sikiyordu. Bense götümün acısını unutmak için, önümdeki ve etrafımdaki ağaçlara bön bön bakınıyordum. Birkaç dakika geçmişti ki artık yavaşça yarrağını başına kadar çıkartıyor ve tekrar yavaşça hepsini geri gömüyordu. İşte o andan itibaren götümün sikilmesinden zevk almaya başlamıştım. Yarrağı götüme girip çıktıkça amımın suları da kendiliğinden akmaya başlamıştı. İnleyerek, “Hadi erkeğim daha hızlı sik götümü, hadi sikicim daha sert sok fahişene, karının götünü sikiyormuş gibi sik orospunu, bu göt sana kurban olsun sik aslanım!” demeye başladım. Demez olsaydım, Kemal götüme öyle bir hızlı sokmaya başladı, öyle bir pompalamaya başladı ki anlatamam. Bacağıma ılık ılık birşeyler akmaya başladığında götüm artık kesin yırtıldı diye düşündüm, sanırım bu kandı. Telaşla, “Kemal abi neolur boşal artık, götüm kanıyor!” dedim. “Boşalacam orospu bekle biraz!” diyerek birkaç kez daha pompaladıktan sonra, götümden kanlı yarrağını ‘Cork!’ diye çıkarıp, beni döndürdüp önüne çömeltti ve suratıma öyle bir boşalmaya başladı ki anlatamam. Kocam Ali beni 3 gün sikse inanın bukadar boşalamaz!

Sonra hemen toparlandık, peçeteyle ağzımı yüzümü ve kanayan götümü sildim ve Banunun yanına gittik. Gittik ama tabi ben oraya kadar Kemal abinin yardımıyla yürüyebildim. Bacaklarım ayrık ayrık yürürken gören Kemal pezevengi pis pis gülüyordu. Neyse Banuyu bulduk ve ayılttık. Banu gözlerini açıp kendine geldiğinde etrafına şaşkın şakın bakarak, “Bana ne oldu yaa, birden gözümün önü karardı, gerisini hatırlamıyorum, kendimi sanki dayak yemiş gibi hissediyorum!” dedi. Kemal abi de, “Birşey olmadı karıcığım, çişini yaptıktan sonra ayağa kalkarken birkaç saniyeliğine bayıldın, tansiyonun düştü herhalde, iyiki de yakındaydık hemen yetiştik.” deyip, kollarına girdik ve Banuyu kaldırdık. Banuyu ortamıza alarak piknik yaptığımız yere yürümeye başladık. Salak kocam uyanmış, çişimizi yapmaya gittiğimizi bilmediğinden etrafına salak salak bakınıyordu. Bizi o halde görünce, “Hayırdır? Nerdeydiniz? Banuya ne oldu öyle, beti benzi atmış?” diye sordu. Kemal de, “Hanımlar tuvalet ihtiyaçlarını göremeye gittiklerinde Banunun tansiyonu düştü, bayıldı!” dedi.

Kocam Banuya, “Geçmiş olsun!” deyip, bana da, “Ya sana ne oldu aşkım, aksak aksak yürüyorsun?” diye sordu. Ben de, “Aşkım hiç sorma, WC olmadığından ağaçların oraya gittik, çişimi yapmak için çömeldiğimde popoma öyle bir diken battı ki, mübarek sanki sopa gibiydi!” dedim. Ama bunu derken başka şeye benzetme olacağı aklıma gelmemişti :)) Anında herkes gülüşmeye başladı. Neyse biraz daha oturduktan sonra toplandık ve eve doğru yol aldık. Ama eve varana kadar ben arabada nasıl oturdum onu bana sorun. Eve girer girmez aynamı aldığım gibi tuvalete girdim. Domalıp göt deliğime baktığımda, esk**en gömlek düğmesi gibi olan götümün deliği, artık nerdeyse Rakı bardağının ağzı kadar açılıyordu. Üstelik büzüğüm öyle bir yırtılmış ve kanamıştı ki, kandan dolayı beyaz tangam kıpkırmızı olmuştu…

Götümün iyileşmesi 3 hafta kadar sürdü, ve bu sürede Kemal pezevenginin yakınından bile geçmedim. Taaki götüm kaşınmaya, yeniden Kemalin yarrağını istemeye başlayana kadar…

Hepinizin yarraklarını öpüyorum beyler. İyi sikişmeler!

[Dilan]

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Rencontre tumultueuse avec Sofia

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Rencontre tumultueuse avec SofiaJe discute souvent avec Christian sur un site coquin et nous fantasmons ensemble. Dernièrement, il m’a mis en contacte avec Sofia. Très rapidement, je demande à Christian de venir avec elle chez moi. Je suis impatiente de la rencontrer.On sonne à la porte. C’est Christian avec Sofia. Je leurs ouvre fébrile. Je vois tout de suite quelle est le statut de sofia. Christian la tient en laisse et elle est à ses pieds à quatre pattes. D’habitude c’est moi qui joue à la chienne. La surprise passée, ça me plaît bien et je subodore que nous allons être ses deux chiennes domestiques durant cette rencontre. Christian me saute quasiment dessus en me plaquant contre le mur et en m’embrassant à pleine bouche. Surprise, je commence déjà à me liquéfier. Sofia reste à ses pieds pendant qu’il me fait sentir son pénis comprimé dans son jeans. Ses mains me pétrissent les seins sans ménagement. Il me dit :« Tu vois Michèle, Sofia est une chienne docile et je vais vous dresser toutes les deux. J’ai demander à des copains black de se joindre à nous. Ils ne devraient pas tarder. »Là, il appuie sur mes épaules, sort sa queue déjà raide et nous ordonne :« Allez les chiennes sucez-moi la bite en attendant que mes potes se pointent ! »D’emblée, il enfourne son sexe dans ma bouche et commence ses va-et-vient. Sofia lui lèche les couilles. Il s’enfonce si profond dans ma gorge que je suffoque et j’étouffe. Il se retire pour en faire de même avec Sofia en me disant :« Fous-toi à poil salope ! »Pendant qu’il baise la bouche de Sofia, je me déshabille et me remet à genoux aux côté de ma nouvelle copine. Il alterne la fellation entre nos deux bouches. Puis d’un coup, il nous lance :« Les chiennes ! Vous ne croyez pas que vous pouvez me faire jouir tout de suite ? Faites connaissance ! Gouinez-vous devant moi ! »C’est avec plaisir que nous faisons la découverte de nos corps devant notre ami et Maître Christian qui comme s’il était chez lui c’est servi un verre et confortablement assis dans le canapé, admire le spectacle que nous lui offrons. Il jubile d’avoir deux femelle sous son autorité.Sofia me voyant un peu décontenancée me prend la main et la guide entre ses cuisses. Le contacte avec sa chatte trempée m’électrise et en lui pelotant les seins, je l’embrasse à pleine bouche. Quand ses doigts effleure mon anus, je pousse un feulement de plaisir. J’écarte mes cuisses pour lui laisser libre cour à ses caresses. Je me met à lui caresser le clitoris qui durcit sous mes doigts. Je le pince et le tire comme pour l’allonger ce qui la fit crier. Mes doigts s’enfoncent dans son vagin. Elle se cambre de plaisir sous ma masturbation. Prise au jeu et voyant le plaisir que je lui procure, je la branle furieusement tout en en sex izle agaçant son clito. Plus je lui fais mal, plus elle hurle de plaisir. Son visage déformé par la jouissance, tout son corps est agité de mouvements incontrôlés.C’est la goutte qui fait déborder le vase. Nous nous mettons en 69 et partons dans un délire orgasmique sous les yeux de Christian qui se masturbe doucement devant le spectacle de ses deux chiennes.C’est alors que la sonnette de la porte d’entrée retentit. Nous voulons nous rajuster mais Christian nous l’interdit en nous disant :« Continuez les chiennes ! Se ne sont que mes amis ! »Christian accueille chaleureusement une bade de black qui ouvrent de grands yeux en nous voyant nues, nous activer ensemble sans pudeur sur la moquette du salon.Christian leurs dit :« Elles se chauffaient en vous attendant les gars ! C’est salopes sont toute à vous ! Faites-vous plaisir ! »Nous sommes dans un tel état d’excitation que nous ne faisons abstraction des black qui nous entoure la bite déjà à la main. Puis en bonne chiennes, nous avons commencé à sucer tour à tour les manches d’ébène.Christian nous encourage tout en prenant des photos.« Prenez les dans vos bouche de grosse putes ! Léchez bien leurs grosses couilles comme des chiennes salopes ! »Les blacks montent en puissante et ne se contrôlent plus devant notre docilité. Ils nous prennent la tête et s’enfoncent profondément dans nos bouches. Ils sont comme fous. Ils nous forcent à absorber plus qu’on ne peut recevoir dans nos petites bouches . Nos lèvres sont déformées par les énormes cylindres qui nous pistonnent jusqu’à la glotte.On nous retourne et nous nous retrouvons la croupe bien en évidence pour nous faire défoncer. Nous continuons à sucer nos gros obus se balançant au rythme des coups de queue que les premier black nous assènent. Ils nous bourrent sévèrement alors que d’autres baisent nos bouches. Nous sommes pour le plaisir de Christophe des objets sexuels. Nous ne sommes plus que des putes offertes et soumises. Certains d’entre eux commencent à jouir et déchargent sur nos gueules. « Prenez-ça s’pèce de banque à sperme ! »Un des mecs se positionne derrière moi remplaçant un autre qui vient de juter dans ma chatte et s’y enfourne d’un coup sexe jusqu’aux couille. De la cyprine mêlé de sperme déborde de mon vagin. Prise par les deux bouts. Une bite me baisant la bouche l’autre dans la chatte, j’occupe mes mains en branlant des bites. J’entre les gargouillis de Sofia qui subit les même assauts. Un mec m’inonde la bouche. La quantité de sperme de son éjaculation est si abondante que je ne peux pas tout avaler. Sofia se fait asperger le visage et ses cheveux sont enduit de substance gluante. Les black sont endurants et leurs éjaculations se succèdent xhamster porno sans discontinuer. Ils nous imposent de tout avaler. Christian continue de filmer notre dépravation. Couvertes de sperme on continue à pomper des queues et à se faire défoncer tout en se prenant des claques sur les fesses et les seins. Je ne sais plus où je suis et mes orgasmes se succèdent..« Elle sont bonnes tes chiennes Christian ! Elles aime la bite ces femelles ! »Je cris de douleur lorsque l’un d’eux me perfore le cul en me disant :« Tu la sens ma grosse queue dans ton petit trou de chienne salope ? »Je ne peux répondre avec la queue qui m’obture la bouche.?? »Quand j’entends un cri strident, je vois Sofia qui se fait mettre par une double pénétration monstrueuse qui dilate ces deux orifices.Un des mecs la prend par le cou et l’oblige à fourrer son visage dans son cul pour le lécher. Christophe en spectateur passif, bande comme un taureau. Il s’approche de moi , me prend par les cheveux et tire ma tête en arrière. Je gémis, puis il me crache au visage pour aussitôt fourrer sa queue au plus profond de ma gorge pour déverser son foutre. Sa semence ressort par mon nez.Il rigole en me lançant méprisant :« Allez on avale tout sale pute et on dit merci?! »Obéissante, j’avale et le remercie de m’avoir utilisé.Un autre vient placer sa bite devant ma bouche. Je l’aspire comme une bonne pute. Les bites ses succèdent dans nos chattes. On nous prend dans tout les sens et les doubles ou triples pénétrations nous explosent les orifices. Dés qu’ils retrouvent la forme c’est pour venir nous défoncer.Les commentaires allaient bon train. J’entends dans un état second Christian qui dit :« Bourre la cette pute, éclate lui le cul à cette pouffiasse. »De son côté, Sofia gueule comme une truie quand sa bouche n’est pas investit par une queue. On lui palpe les mamelles comme pour en sortir du lait. Nous sommes toutes les deux recouvertes de foutre, notre maquillage coulant sur nos visages.« Alors les pétasses ? ça fait quoi d’être des objet à bites ? »Sofia détourne le regard en tentant de reprendre son souffle. Elle me regarde avec un sourire convenu. Malgré la v******e de cette sauterie, elle adore ce faire soumettre et humilier dans ces conditions. Je ne suis pas mieux et je vois des filets de sperme coulent de ses trous. Elle et moi sommes remplies de foutre comme jamais alors que l’on continue d’être abusée, insulté. A croire que notre déchéance n’est que le but ultime des ces mâles. Un des black qui m’encule me dit :« T’es vraiment qu’une sale conne à défoncer. »Un autre dit à Sofia :« J’vais t’emmener dans une cave de la cité pour te faire sauter par tout le bloc tu vas aimer… ! »L’idée d’offrir ses femelles à des racailles yabancı porno qui les abuseraient et les humilieraient donne des idées perverse à Christian qui leurs dit :« Oui se serait génial et elle adoreraient ça ! Mais ça me rapporterais quoi tout ça ? »Un des black qui sodomise Sofia lui répond :« Ba ! Avec des trous à bites comme tes putes à vingt balles la passe tu te ferais un bon paquet ! »S’adressant à nous :« Alors mes chiennes ? Ca vous dirait de vous faire fourrer par des dizaines de grosses queues?? »Nous ne pouvons répondre. Des mecs nous fourrant la bouche. Nous sommes là, à quatre pattes comme des animaux, les mamelles ballottant en tout sens à nous faire défoncer le cul par des pieux infatigables.Le pire c’est que malgré la douleurs des multiples pénétrations, les mots orduriers, notre utilisation juste comme vide couilles et pompe à bites, nous adorons être traitée ainsi à notre juste valeur et y prenons du plaisir.Pour le final, ils nous mettent dos à dos à genoux devant eux et tous nous pissent dessus pour soit disant nous laver, en disant :« Quelles garces quand même ! »« Oui j’aurais jamais cru que des meufs pourraient être aussi excitée à se faire démontées et humiliée ! »Christian jubile de nous voire prendre de la pisse sur nous en longs jets doré. Il trouve le spectacle magnifique.L soirée touche à sa fin et les lascars se rhabille pour partir en remerciant Christian et en lui demandant :« J’espère que tu nous les prestera à l’occasion. Avec des putes pareil, on a pas fini de trouver des utilisations rentables dans la zone. »Quand le dernier franchit la porte, Sofia et moi gisons au sol souillées de foutre et baignant dans la pisse. Nos mâchoires sont douloureuse autant que nos trous qui restent béant de trop de pénétrations. Christian nous regarde d’un air satisfait au moment où la porte s’ouvre sur Alain qui reste un instant stupéfait de nous voir dans un tel état. Il demande à Christian :« C’est quoi ce cirque ? »Il lui explique le tableau et Alain au lieu de se mettre dans une furie noire, sort sa queue et sans s’occuper de moi, il se met à bourrer la bouche de la pauvre Sofia qui n’en peu plus, tout en me demandant :« Alors comme ça tu ne me présente pas tes copines et tu te fais défoncer dans mon dos par des black ? T’as aimé ça chiennasse de t’e faire démonter par de grosses bites black ! Sale pute ! »Je plane encore et ne comprend pas tout ce que mon mari me dit. Je le vois juste se faire la bouche de Sofia qui émet des gargouillis grotesques. Au moment de décharger, il ressort de la bouche de Sofia pour éjaculer dans la mienne.« Avale ma grosse coche ! Tu dois en avoir des litres dans le ventre au point que tu vas chier du foutre »Après tant d’excès, nos jambes ne nous soutiennent plus. Alain et Christian avec une délicatesse qui contraste avec toute la v******e de nos saillit, nous porte dans la salle de bain et nous lave pour nous coucher dans un lit douillet où nous nous endormons l’une contre l’autre.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

WEEK-END ENTRE AMIS ( SUITE ET FIN )

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

WEEK-END ENTRE AMIS ( SUITE ET FIN )…tout le monde a regagné sa chambre sauf Boris et Vanessa ,les imprévus , qui vont devoir occuper le canapé …et là juste au moment de se coucher que Céline m’a avoué que cette fin de soirée n’était pas due au hasard : Caroline et elle en avaient envie depuis longtemps et que la double pénétration les faisait fantasmer toutes les 2 , comme la plupart des femmes d’ailleurs … elles ont meme fait le pari de la première qui oserait et c’est elle qui a gagné !… Après cet aveu etonnant et cette première expérience de sexe de groupe nous nous sommes endormis comme 2 gamins , en espérant recommencer bientôt : ce qui n’allait pas tarder… Il fait déjà jour et je suis réveillé par un rayon de soleil et l’impression d’une présence à mes cotés : j’entrouvre un œil et aperçois Caro qui me fixe du regard avec l’index sur la bouche pour m’inviter au silence ; elle est à poil et a l’air très excitée …à ma droite Céline est allongée sur le dos et dort comme une bienheureuse ,les jambes repliées et bien écartées , béante …Bertrand est debout à coté du lit et contemple le spectacle en se masturbant… A ce moment Céline se réveille et d’un réflexe pudique tire le drap sur elle …Caro qui avait commencé à me sucer en fait de meme à Bertrand assis sur le fauteuil à coté du lit : ce n’est peut-être pas que pour le plaisir de la fellation mais plutôt pour exhiber sa croupe au ras de mon visage Je répond à l’invitation en glissant un doigt puis un deuxieme dans sa petite chatte humide et serrée porno izle : j’effectue quelques mouvements de va-et-viens et de rotations , ce qu’elle a l’air d’apprecier Céline a sorti son gode noir , le plus gros , et après quelques va et viens énergiques elle commence à jouir : elle se tourne vers moi et me dit : vas-y , prends-la !… Je ne me fais pas prier , me relève et pénètre Caro lentement mais dans toute sa profondeur : sa chatte étroite est chaude et humide , c’est du pur bonheur !!! je vais et je viens longuement pendant que Céline jouit plusieurs fois innondant le lit de plusieurs jets de mouille… Je suis de plus en plus excité et n’ai qu’une seule envie , celle de pénétrer ce petit orifice plissé face à moi et qui n’attend que ça : Céline qui a deviné mon intention prend un tube de lubrifiant et en répand une bonne rasade à l’entée du petit trou de Caroline …je ne peux résister une seconde de plus et commence la pénétration , centimetre par centimetre et me voila entièrement absorbé par l’étroit conduit anal de Caroline Je n’ai jamais été aussi serré dans un orifice naturel ; je suis surèxcité et commence à aller et venir , lentement puis de plus en plus vite : Caro hurle son plaisir tout en accélérant sa fellation sur Bertrand …puis je m’assied sur le lit , Caro est solidement empalée sur ma bite : elle se penche en arriere , s’allonge sur moi et écarte ses cuisses pour s’offrir à Bertrand qui l’empale brutalement … Céline jouit tout ce qu’elle peut les orgasmes se succèdent les jets abondants yaşlı porno aussi c’est l’inondation… Dans un effort collectif on se relève tous les 3 : Caro est solidement fixée sur nos 2 bites et ses pieds ne touchent plus terre et elle rebondit comme une balle de l’un sur l’autreC’est à ce moment-là que Boris et Vanessa , attirés par le remue-ménage font leur apparition , à poil, ça va de soit , Vanessa tenant dans sa main gauche l’énorme bite à Boris …Céline enchaine les orgasmesde notre coté nous n’allons pas tarder à jouir et Caro hurle son plaisir…Si cette position nous procure beaucoup de plaisir à tous les 3 , elle est assez : je languis de jouir et Bertrand aussi , ce qui ne tarde pas : je me libère dans l’anus de Caro et Bertrand se lache dans sa chatte On se retire tous les 3 ,Caro est ruisselante de sperme entre ses cuisses… et on peut contempler le spectacle à coté de nous :Boris est à genoux entre les cuisses de Céline et lui lèche sa chatte détrempée pendant que Vanessa vautrée dans le fauteuil se masturbe avec le gros gode noir ; puis n’y tenant plus Boris présente son énorme gland entre les lèvres de Céline et la pénetre sans hésiter : il la défonce à grands coups de reins pour son plus grand bonheur , puis soudain il se retire …Céline relève les jambes pour lui offrir son anus ; Vanessa lui tend le lubrifiant et en étale une bonne dose tout autour de sa rondelle plissée ainsi que sur le gland violacé de Boris . La pénétration se fait sans trop de mal meme si Céline olgun porno grimace un peu : c’est la plus grosse bite qu’elle n’ait jamais vu d’aussi près et l’envie est trop forte …Boris commence à la pilonner et Vanessa se masturbe de plus en plus vite et jouit de plus en plus fort..Nous contemplons le spectacle avec Caro et Bertrand et meme si je viens d’éjaculer il y a quelques minutes à peine je suis à nouveau surexcité de voir ma compagne sodomisée par une énorme bite . Boris accélere le mouvement et Céline jouit d’un superbe orgasme anal …sa chatte gicle sur le bas ventre à Boris qui accélère encore : il va jouir !… Il se retire brusquement et dépose son énorme engin entre les lèvres ruisselantes de Céline et se libère de plusieurs jets de sperme blanc , épais et collant lui recouvrant la chatte , le ventre , les seins et meme le visageMoi , qui me masturbais devant le tableau , ne peux me retenir et dans un dernier effort j’envoie quelques gouttes de sperme sur le sein droit de Céline et Bertrand en fait de meme sur son visage Voila ma compagne couverte de sperme qui s’offre en spectacle et là Vanessa se penche sur moi et me dit : “j’adore le sperme à Boris , je peux ?…”Bien sur ma grande , fais-toi plaisir !..Elle s’agenouille entre les cuisses de Céline et se met à lécher l’épaisse semence de son homme puis continue avec le mien et celui à Bertrand et ce pour le plus grand plaisir de Céline qui s’éffondre en un ultime orgasme …La fin du week-end a été plutôt calme ; vaincus par le manque de sommeil , l’alcool et le stupre , les organismes ont étés mis à rude épreuve et la suite de la journée en mode repos…néanmoins cette première experience de groupe nous à bien plu et en appellera d’autres …Rendez-vous à mon prochain post …

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Sofia, chienne dépravée

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Sofia, chienne dépravéePour Sofia, ce fut une grosse semaine comme elle les aime. Enculée quotidiennement matin, midi et soir. Elle n’a pas compté toutes les bites qu’elle a sucées. Probablement une bonne cinquantaine. Elle a reçu une impressionnante quantité de foutre dans son cul, dans son estomac, sur son visage et sur ses bas. Un sperme qu’elle prend toujours autant de plaisir à savourer. Des clients, des amis de son patron. Tous ont eu l’honneur de lui défoncer la bouche, la chatte et l’anus. Gavée de salive, de cyprine et de semence. Elle s’est même aventurée sur l’autoroute pour se faire défoncer par des routiers.Sofia adore qu’on la considère comme une pute bourgeoise, comme une salope, comme une traînée, comme une garce à bites, comme une putain à foutre. Elle assume totalement ce qu’elle est. Elle ne renonce à aucune de ses envies.Ce soir, comme tous les soirs, Sofia est de sortie. Rendez-vous a été donné dans un château de la région parisienne. La bourgeoise a été conviée à cette soirée très privée par son patron. Dresscode obligatoire : bas couture et talons aiguilles. Le reste de la tenue est au libre choix de l’invitée. Sofia a choisi tout cela avec soin : un corset vermillon à jarretelles qui peine à retenir des bas couture noirs mais qui souligne ses gros seins et son cul prêt à être profondément enculé. Bien sûr, elle n’a pas manqué de mettre une chaîne de taille ainsi que plusieurs chaînes de cheville. Celles-ci indiquent un message sans équivoque : CUMSLUT, WHORE, SPERMLOVER. À ses pieds, des bagues d’orteil et des escarpins noirs vernis aux vertigineux talons de seize centimètres. Sur cette parfaite tenue de chienne à foutre, elle a revêtu un tailleur de cuir noir qui épouse parfaitement ses formes. À son cou, elle a enfilé un collier de cuir. Sofia a maquillé ses yeux d’un noir profond et ses ongles longs d’un rouge sanglant, de la même teinte que ses lèvres. Enfin, l’entrée de son cul est gardée par un plug conséquent.Sofia sait qu’il y aura d’autres salopes comme elle à cette soirée. Des chiennes bien dressées, lubriques et dépravées, avides de bites et de foutre.Dès son arrivée dans la salle de réception du château, Sofia fait sensation. Des hommes se palpent l’entrejambe, d’autres n’hésitent pas à appuyer leurs regards vicieux sur la couture de ses bas. Dans la grande pièce richement décorée, il y a d’autres salopes du même acabit. Le bonheur sur terre pour les fétichistes. Des bas couture à foison, des talons aiguilles par quantité, des bouches bien rouges qui ne demandent qu’à se faire défoncer. Sofia s’avance, regarde les autres putains, notamment leurs escarpins. De toutes, c’est elle qui a les talons les plus hauts. Tout cela suffit à la faire mouiller. Son jus de pute, toujours aussi épais, commence à dégouliner le long de ses cuisses. Dans peu de temps, il va atteindre la lisière de ses bas couture.L’immense salle où elles se trouvent a été extrêmement bien pensée. Miroirs, croix de Saint-André. Des cordes reposent sur un buffet. Des instruments qui font mouiller encore plus la pute bourgeoise.Déjà, des premiers couples mais aussi des trios se forment. Les hommes exposent de belles queues. Sofia s’approche, passe une main sur une bite ferme. Sous mobil sex la pression de ses doigts, la queue grossit rapidement. Sans attendre, la pute bourgeoise relève sa jupe, s’accroupit et ouvre la bouche. Sa langue agile s’attarde sur le gland proéminent, descend lentement le long de la hampe et glisse jusqu’aux couilles gonflées. En chienne avertie, Sofia ne manque pas de regarder l’homme dans les yeux.Ce faisant, elle remonte le long de la bite bien dressée, lèche encore le gland avant de gober l’intégralité du chibre. Le mâle soupire d’aise et lui maintient la tête contre son ventre pendant une vingtaine de secondes. Quand il libère Sofia, celle-ci crache un énorme paquet de salive. La gorge profonde est un art qu’elle maîtrise à la perfection. Elle bave intensément.Sa réputation de chienne baveuse n’est plus à faire. Sans faillir, la pute bourgeoise reprend son pompage intense et particulièrement bruyant. Le bruit régulier de sa bouche et de sa gorge attirent d’autres hommes.- Regardez comme elle mouille, cette pute. C’est impressionnant !Tous les regards de la petite assemblée improvisée convergent vers la chatte de Sofia. C’est un déluge de jus de putain qui vient imbiber la moquette. Une marre de cyprine bien épaisse s’est formée. Sofia relâche la bite quelques instants. Un immense filet de bave atterrit sur ses gros seins. Sa main se dirige vers sa chatte dégoulinante puis, d’un geste totalement habitué, elle se lèche les doigts avant de reprendre sa fellation intense. Pendant qu’elle suce avec vigueur, elle écarte un peu plus les cuisses. Un des hommes s’est mis au sol et entreprend de lécher sa corolle fiévreuse. Tout en pompant, Sofia gémit. Un autre mâle a sorti sa bite. Elle s’en saisit et entreprend de le branler de sa main libre.- T’es une grosse chienne, hein ? T’aimes ça, te faire défoncer la gueule ?Sofia, en princesse du stupre, ne peut qu’approuver. Elle poursuit son mouvement à un rythme effréné, crache d’énormes paquets de salive qu’elle laisse filer sur sa poitrine, sur ses bas qui commencent à plisser et jusqu’au sol. La marre de cyprine ne fait plus qu’un avec sa bave de chienne à foutre.D’autres queues viennent se joindre à la sarabande. Sofia pompe abondamment avec une réjouissante délectation. Elle laisse couler de la bave partout. Sur sa lingerie de pute. Sur ses bas couture de chienne. Sur ses escarpins de bourgeoise. Sur l’épaisse moquette. La marre de cyprine ne cesse de prendre de l’ampleur.Sofia sent aussi de la présence derrière elle. Sa jupe a été intégralement relevée. Son plug anal a été retiré sans la moindre difficulté, tellement son anus est trempé. Des doigts impérieux entreprennent de le fouiller, de le ramoner. Tout en pompant bruyamment, Sofia ne peut retenir ses gémissements. La grosse salope adore qu’on s’occupe de son cul. Les doigts s’enfoncent un peu plus dans son fondement. Bientôt, c’est presque une main complète qui prend possession de ses fesses. Le poing, désormais bien installé, imprime un mouvement régulier qui arrache des râles de jouissance à Sofia. Sa chatte explose en un jus conséquent. Cette violente onde de plaisir l’incite à accélérer le rythme de ses gorges profondes. Elle bave encore plus. Un épais filet asyalı sex de salive coule sans discontinuer depuis son menton et vient se perdre dans le profond sillon de ses seins aux tétons bien dardés.Sofia n’ignore pas que son anus est prêt. Elle relâche la grosse bite qui lui remplissait la bouche et se met à quatre pattes, le visage enfoui dans l’épaisse moquette. Son divin cul est totalement ouvert. Les hommes qui défonçaient sa bouche sont en admiration devant ce fessier admirablement offert.- Il est magnifique, ce postérieur ! fait l’un d’eux.- Jamais vu aussi bandant ! commente un autre.- Baisez-moi ! Enculez-moi ! Je suis votre pute ! Votre chienne ! Défoncez-moi !Le premier mâle ne se fait pas attendre et, sans le moindre effort, commence à pénétrer le cul volcanique. Un chibre fougueux au gland proéminent qui suit parfaitement les parois anales de la belle salope. L’homme, après avoir pris ses marques et s’être bien agrippé aux hanches de la garce, commence à imprimer un rythme intense mais régulier. Les hurlements de plaisir de la bourgeoise ne se font pas attendre. Être enculée ainsi est l’un de ses plaisirs quotidiens. Pour Sofia, une journée sans sodomie et sans gorge profonde est une journée ratée. L’un des mâles l’a bien compris. Il s’agenouille face à la salope afin que sa bite ferme soit bien en face de la bouche ouverte. Il s’empare de la queue de cheval de la bourgeoise et commence à pilonner sa gorge. Sofia pompe avec avidité, comme si c’était la dernière fois qu’on lui mettait une grosse queue dans la bouche. Le chibre ferme n’a eu aucune peine à franchir la barrière de sa gorge. La bourgeoise fait durer le plaisir en le gardant bien au chaud. Sa bave coule comme un fleuve en crue. Sa corolle n’est pas en reste. C’est un jus épais qui continue de se répandre sur la moquette. Son cul continue de se faire défoncer avec délice. Les bites, toutes plus impérieuses, se succèdent au plus profond de son anus. Enculée quotidiennement, Sofia peut accueillir tous les formats. Mais ce soir, il n’y a que de grosses queues. À croire que les hommes présents ont dû passer des sélections. À tour de rôle, on lui ramone violemment le cul, on lui défonce violemment la bouche. Les gros chibres s’enfoncent jusqu’au plus profond de sa gorge.- Encore ! Encore !Sofia en veut toujours plus. Elle parvient à regarder ce qui se passe dans la salle. D’autres salopes, d’autres chiennes à foutre se font allégrement défoncer, enculer, prendre sauvagement. Toute cette ambiance survoltée l’excite encore plus. Sa chatte est devenue un jus sans fin. Une cyprine extrêmement épaisse ne cesse de couler. Sa bouche crache une salive très conséquente et continue. Au fond de son cul et de sa bouche, les grosses queues continuent d’échanger leurs place presque sans s’arrêter. Entre les mains de ces hommes, Sofia n’est plus qu’un jouet sexuel qu’ils peuvent utiliser sans modération. Une pute totale affirmée, une chienne insatiable, une salope jamais rassasiée. Une garce qui ne vit que pour la bite, pour le stupre. Sofia, en bonne putain dépravée, ne peut se passer de sexe. Il faut qu’elle soit enculée quotidiennement, que sa bouche soit toujours bien remplie.Défoncée, pénétrée, konulu sex ravagée par tous les orifices, ses bas couture faisant énormément de plis et ne tenant presque plus aux jarretelles tant elle est secouée en tous sens, Sofia ne voit pas arriver le nouveau participant. Ce n’est que quand sa bouche de pute bourgeoise est libre de la moindre queue qu’elle comprend à qui elle a affaire. Juste en face de son visage de déesse de la débauche, une énorme bite. La plus grosse qu’elle aie jamais vue. Très longue, très large, parcourue de veines épaisses. Un gland rougeâtre et particulièrement gonflé, bien tendu vers elle.Sofia ouvre grand la bouche, à s’en distendre les mâchoires. L’énorme pieu pénètre lentement dans l’orifice surchauffé. Petit à petit, la bouche de la salope est complètement investie. Pourtant, l’homme continue sa poussée. Il sent que la gorge cède sans le moindre effort et poursuit son exploration en poussant un grognement de satisfaction. Dans le dos de Sofia, on a un peu ralenti l’allure mais la sodomie se relève tout de même intense. Les mâles assistent au spectacle de Sofia face au maître des lieux.Le patron vient de poser une main impérieuse sur le crâne de la garce dépravée. Il la maintient ainsi pendant une trentaine de secondes. Sofia n’a plus la possibilité de respirer pendant que sa salive, à nouveau très consistante, recommence à couler jusqu’au sol en de longs filaments. L’homme relâche la pression quelques instants puis reprend sa position. Les mains dans le dos, Sofia est complètement soumise. Elle suffoque, son maquillage coule, les larmes perlent. Entre ses cuisses, on a déposé un bol. Celui-ci se remplit de sa bave épaisse de pute.Le patron, plus que satisfait de ce traitement, poursuit son ouvrage tout en accélérant le tempo. Sofia grogne de plaisir, sa gorge est totalement ravagée, ses bruits de succion se sont démultipliés. La cadence progresse, le filet de bave se fait plus intense et la chatte de Sofia n’est pas en reste. C’est une cyprine intarissable qui coule sur la moquette pendant que son divin cul continue de se faire besogner.L’homme continue son effort, augmente la cadence. L’énorme queue continue de ravager la bouche et la gorge de Sofia. La belle catin bave de plus en plus. Une soubrette au maquillage ravageur apporte un second bol. Il y a de la salive partout. Sur les seins de Sofia, sur ses bas, mais surtout dans les deux bols pleins à ras-bord. Plus elle bave, plus elle mouille. Sa chatte et son cul de putain sont remplis d’un jus épais qui ne se tarit pas.Dans son cul comme dans sa bouche, on accélère le rythme. Les semences ne vont pas tarder à pénétrer ses orifices de chienne dépravée. Déjà, elle sent les premiers jets de sperme épais au fond de son anus, sur son cul, sur bas. Sofia jouit. Ses hurlements remplissent la salle, son jus explose. Le maître des lieux, si appliqué à besogner violemment sa bouche, se retire. Sofia respire enfin. Bouche ouverte, elle reçoit des doses conséquentes d’un foutre brûlant. Son visage est bientôt intégralement recouvert de sperme. Elle sourit, haletante, heureuse du traitement profond qu’elle vient de subir avec un plaisir inégalé.- Ne bouge pas. Tu mérites autre chose.L’homme continue de tenir sa bite en direction de Sofia. Son urine vient progressivement se mêler au sperme. La pute bourgeoise, qui n’en demandait pas temps, jouit à nouveau. Le fluide d’or est l’ultime récompense pour ce qu’elle vient d’accomplir.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Vatertag 3

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Vatertag 3Da liegt er nun auf dem Klapptisch, die Augen verbunden und die Haende, wie bei mir vorher, an den Tisch gefesselt und bibbert vor Erregung. Es ist auch zu geil ihn anzuschauen und ihn etwas zappeln zu lassen. Sein Brustpelz ist in der Mitte zwischen seinen Titten schon weiss, geht dann dunkel in seine Schamhaare ueber, aus denen jetzt sein geiler, dicker Schwanz steil aufragt. Seine Vorhaut ist laenger als meine und bedeckt seine Eichel komplett, sein fetter Sack liegt zwischen seinen Beinen, die 2 Eier im Sack verlangen nach einer Spezialbehandlung. Albert kommt mit Rasierschaum und einem Rasierapperat und bedeutet uns grinsend die Klappe zu halten. Er fluestert meinem Vater ins Ohr : “Du alte Sau! Mach die Beine breit.” und mein Vater gehorcht ohne zoegern. Albert spritzt nun eine ziemliche Ladung Rasierschaum zwischen die Beine meines alten Herrn, der ueberrascht zusammenzuckt. Seine Hoden werden nun gut eingeseift, Alberts Haende sind nun ueberall, auch die Kimme wird nicht ausgespart. Ich fange an seine Brustwarzen zu lecken und Bernd gibt ihm seinen Schwanz zum lecken. Er ist erstmal gut beschaeftigt. Nun hebt Albert Vaters Eier an und beginnt sehr vorsichtig den Sack zu rasieren, nur den Sack…die Schambehaarung sikiş bleibt dran. Mit einem Waschlappen wird der Sack nun sauber gewischt und der ueberige Schaum entfernt, schier und blank haengen seine nackten Eier nun zwischen den Beinen. Albert deutet darauf und ich fange an Vaters Eier zu lecken, spare auch die Kimme und das Arschloch nicht aus. Vater stoehnt auf ,als ich ihm meine zusammen gerollte Zunge in den Arsch stecke. Albert hat nun begonnen seinen Schwanz zu wichsen, der schnell steiff wird, und stellt sich hinter mich. Er bueckt sich und leckt mein Arschloch schoen nass, es tropft auf meine Eier. Nun schiebt er mir seinen Doedel tief in den Darm, nach dem 1. Schmerz relaxe ich und lasse es geschehen, Albert faengt nun an mich zu ficken.Bernd widmet sich nun dem Pimmel des auf dem Tisch Liegenden und bewegt die Vorhaut langsam ueber die Eichel. Er steckt seinen Finger hinein und umkreist die Eichel, alles schoen langsam und sinnig.Waehrend ich von hinten gebumst werde, lecke ich das Arschloch meines Vaters schoen nass und stecke ihm meinen Mittelfinger tief hinein. Er bekommt nun die Hafenrundfahrt 1. Klasse und stoehnt wohlig auf. Auch Albert faengt an zu stoehnen, er ist auch gleich soweit. Er faegnt an zu genç kız porno zucken und spritzt mir sein Sperma in den Darm, ich halte gebannt hin. Nun zieht er ihn raus und Bernd macht sich bereit die Sauerei hinten bei mir aufzulecken, was ihn Spass macht , wie ich merke. Bernd steigt nun auf den Tisch und nimmt Vaters Beine auf seine Schultern, sein steifer Schwanz zielt genau auf das Arschloch und er fackelt auch nicht lange. Mit einem kraeftigen Stoss ist er drin und mein Vater jault auf. “Stell Dich nicht so an, sonst kannst Du doch auch nicht genug Schwanz bekommen” Bernd ist unerbittlich und faengt an zu pumpen, sein dicker Schwanz flutscht in Vaters Darm rein und raus. Ich nehme derweil Vaters Pimmel in die Hand und wichse seine Vorhaut im Takt von Bernds energischen Stoesssen, Vater wird zusehens geil und dann kommt es : “Stopp!” Albert hat nun das Kommando und Bernd zieht seinen Pimmel aus Vaters Arsch. Es werden die Plaetze getauscht, Albert kniet nun vor Vaters Loch und sein immer noch steifer Pimmel nimmt Mass. ” Weiter” befiehlt Albert und steckt ihn rein. Bernd hat das Wichsen uebernommen und deutet auf seinen Arsch – er moechte gefickt werden. Kein Problem, ich stelle mich hinter ihn esmer porno und mein Pimmel fluscht leicht durch seinen Ringmuskel. Mit meiner Hand greife ich mir seine Latte und wichse die mit festem Griff. Albert ist nun wieder auf der Zielgraden und guckt uns fragend an… mein Vater stoehnt und zuckt, sein Sperma hat auch den Kraterrand erreicht und will raus. Abert nickt und zusammen spritzen wir ab. Albert in den Darm meines Vaters, ich in den Darm von Bernd und der auf den Bauch meines Vaters. Sein Sperma mischt sich mit dem im hohen Bogen aus Vaters Schwanz spritzenden weissem Zeug, mehere Ladungen schiessen aus seinem Pimmel. Er wird , wie vorhin ich, von einem Megaorgasmus geschuettelt und kann sich kaum einkriegen. Wir binden Ihn los und lecken die Schweinerei aus seinem Bauchfell, nur nichts verschwenden.Danach springen wir erstmal in den See um wieder runterzukommen und uns abzukuehlen. Wieder draussen guckt Vater mit gemischten Gefuehlen auf seinen nun nackten Sack. Ich finde, es sieht geil aus und seine dicken Eier kommen viel besser zur Geltung als im Gewirr der Sackhaare. Auch fuehlt es sich viel geiler an, wie ich feststellen kann. “Wer ist der Naechste?” frage ich und klopfe auf den Tisch. “Mach mal langsam, erstmal Luft holen… wir sind hier nicht auf der Flucht, ausserdem kommt nachher noch jemand ! Wir haben da noch eine Ueberraschung fuer Dich!” Vater grinst schon wieder so geil… aber das wird noch eine andere Geschichte.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Les mains baladeuses 1 – PRÉPARATION D’UNE OIE BLA

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Les mains baladeuses 1 – PRÉPARATION D’UNE OIE BLACHAPITRE PREMIERLUNDI. PREMIER RENDEZ-VOUS.Le printemps arrive, la chasse aux oies blanches est ouverte. Ce lundi, pendant que ma chère femme était au zoo avec les gamines (Virginia White, leur institutrice, avait ses règles), j’ai reçu dans mon cabinet Mlle Prudence Farming. Prudence Farming m’est recommandée par un collègue de F., petite bourgade proche de notre ville. Il prétend, dans sa lettre, qu’elle est « incroyablement naïve » et qu’on peut lui faire « avaler n’importe quoi ». Ce sont les termes qu’il emploie, je ne fais que le citer.« Une authentique oie blanche !ajoute-t-il dans son post-scriptum. Je ne peux m’en occuper moi-même comme elle le mérite, car je suis très lié avec ses parents, c’est pourquoi je vous l’envoie. Il s’agit de la déniaiser comme vous savez si bien le faire, afin qu’elle ne soit pas trop désarmée quand il s’agira de la marier. Dans sa famille, les filles se marient très tôt, ne vous laissez donc pas impressionner par son extrême jeunesse. »Prudence Farming arrive à l’heure dite. La bonne étant de sortie, je l’introduis moi-même dans mon bureau. C’est une jolie rustaude qui sort à peine de l’enfance. Une beauté de village un peu grossière, mais alléchante. Mal maquillée. Bouche épaisse, mais bien dessinée. Elle rougit à tout propos et baisse les yeux chaque fois que je la regarde ; c’est bon signe. Elle a l’air si stupide que j’ai un début d’érection.Elle s’assoit sur le siège que je lui désigne, en face de moi, et tire sa robe à fleurs sur ses genoux. Les mollets sont un brin trop forts, c’est une fille de la campagne, mais la jambe est bien faite. Son bas gauche est filé, une échelle grimpe sous sa robe. Elle regarde autour d’elle, très impressionnée par la quantité de livres qui garnissent mes étagères.J’attaque ferme.— Mon collègue de F. me dit que vous voudriez vous marier… de préférence avec un garçon de notre ville.— C’est exact, monsieur le pasteur. Il m’a suggéré de m’adresser à vous. Il m’a dit que vous étiez un conseiller matrimonial, un expert du mariage.Elle se trémousse un peu, mal à l’aise, et me lâche naïvement la véritable raison de sa visite.— Il m’a dit aussi que vous connaissiez beaucoup de jeunes gens d’un bon milieu et que, si vous étiez content de moi, vous m’en feriez connaître quelques-uns, au cours d’une fête de charité.(Brave collègue de F. ! Il faudra que je pense à lui revaloir ça. Dès demain je vais me mettre en quête d’une bonne fille bien délurée pour la lui envoyer quelques jours, histoire qu’elle se refasse une santé à la campagne. Je lui demanderai de la loger. Le reste le regarde.)— Mon collègue n’a pas exagéré. Il est vrai que j’ai fait plus de cent mariages. Si je comprends bien, Prudence, vous ne voulez pas épouser un garçon de la campagne ?— Non, monsieur. Je voudrais vivre à la ville. Et pour cela…— Pour cela, il vaut mieux épouser quelqu’un de la ville ! Cela va sans dire… Eh bien, je ne vois aucune raison de ne pas vous donner satisfaction. Je vais faire en sorte de vous trouver un bon mari… Un employé de banque, par exemple. J’ai en vue un garçon très sérieux qui rêve d’épouser une fille saine qui viendrait de la campagne.— Oh, cela ferait tout à fait mon affaire ! Est-il bien de sa personne ?— C’est un assez joli garçon. Mais avant de vous le présenter, il faut que je vous fasse subir quelques tests. Etes-vous disposée à les subir ?— Je ferai tout ce qui sera possible pour vous satisfaire, monsieur.— Ne vous avancez pas si vite. Je vais vous demander des choses qui vont peut-être offenser votre pudeur. Vous comprenez que, quand il s’agit de mariage, on n’est jamais assez prudent !— Je comprends.— Je vais donc opérer quelques constatations préalables. Restez assise, c’est moi qui vais venir à vous.Je fais le tour du bureau, je prends une chaise, et je vais m’asseoir tout près d’elle. Nos genoux se touchent. Je lui prends les mains et je les lui pose sur les accoudoirs de son fauteuil.— Vous garderez vos mains ici, quoi qu’il arrive. C’est bien compris ?Elle fait oui de la tête, visiblement inquiète de ces préliminaires. — Est-ce que des garçons vous ont déjà touché les seins, Prudence ?Un flot de sang monte à ses joues et elle baisse le front pour fuir mon regard. Ses mains se sont crispées sur les accoudoirs du fauteuil. N’osant pas parler, elle fait signe que oui, de la tête.— Les leur avez-vous montrés ?Elle hésite longuement, puis, à nouveau, opine du bonnet. Ses oreilles sont écarlates.— Expliquez-moi comment cela s’est passé. En quelques mots.— A la fête du village… une fois… après le bal… j’avais un peu bu, j’avais chaud… mon cavalier m’a proposé d’aller prendre le frais dehors… et c’est là… dans une grange…— Seulement les seins ?— Oh oui, monsieur, je vous le jure. Et quelques baisers. Quand il a voulu aller plus loin, je ne me suis pas laissé faire !— Eh bien, c’est parfait, ma chère Prudence. Voyez-vous, il faut que j’assure que vous avez une bonne poitrine, car le fiancé que je vous destine veut avoir des enfants et que sa femme soit en mesure de les allaiter. Si vous les avez déjà montrés à un garçon, ce ne sera donc pas une trop grande épreuve pour votre pudeur que de me laisser les examiner à mon tour.Je m’attendais à des protestations effarouchées. Il n’en est rien. Mon collègue de F. aurait-il raison ? Peut-on vraiment lui faire « avaler n’importe quoi ? » Voilà que mon érection me reprend. Quant à elle, elle attend bien sagement, les mains sur les accoudoirs, les paupières baissées.— Ce garçon que je vous destine, lui dis-je, est une véritable perle. Il est déjà le propriétaire d’une très jolie maison et il vient d’acheter une voiture neuve. Il n’attend plus qu’une jeune fille comme vous pour fonder une famille…Tout en l’endormant ainsi de promesses, je déboutonne le premier bouton de son corsage. Elle tressaille à peine. Je continue. Quand sa robe est ouverte jusqu’à la ceinture, je lui dis :— Vous n’avez qu’à imaginer que vous êtes chez le docteur.Elle acquiesce d’un geste imperceptible. Je glisse mes mains sous sa robe et je la fais se pencher vers moi pour dégrafer son soutien-gorge dans son dos. Nos joues se frôlent. La sienne est brûlante. Le soutien-gorge dégrafé, elle se redresse. Je ne lui laisse pas le temps de se reprendre, j’ouvre sa robe et j’abaisse les bonnets. Ses seins jaillissent comme deux colombes avec leurs becs roses tendus. Ils sont superbes, gonflés de sève, en forme de poire, avec des pointes minuscules déjà toutes durcies par l’émotion.— Et hop, dis-je, les voilà dehors, ces mignons. Vous avez vraiment une très jolie poitrine, Prudence, votre mari aura bien du bonheur à la caresser.Elle bat des paupières. Je me penche pour bien les admirer. Comme elle se tient toute droite, le dos vertical, ses seins sont braqués devant elle avec une sorte d’effronterie qui ne laisse pas d’agir sur mes sens. Je trouve toujours très excitant de regarder les seins nus d’une femme encore habillée, de les voir surgir ainsi dans le désordre des vêtements, s’offrant à la vue et au toucher comme des fruits de chair qu’il n’y a plus qu’à cueillir. Cette Prudence a une nature très sensuelle car il suffit que je les regarde pour que leurs mamelons s’épanouissent à vue d’œil.— Nous allons passer à l’exercice suivant, lui dis-je. Vous me les avez montrés, maintenant je vais vous les toucher. Comme ce garçon, dans la grange… Et comme votre mari, au soir de vos noces.— Mais…— Pas de mais, Prudence ! (J’ai pris ma grosse voix.) Si vous voulez épouser ce garçon, il faut faire ce que je dis ! Je dois vérifier que vos seins sont d’une capacité suffisante pour nourrir vos bébés. Pour cela, je dois les palper !Je les prends donc en mains sans qu’elle réagisse autrement que par un frisson. Quelles merveilles… suaves, tièdes, élastiques ! Je les pétris doucement, puis je les caresse sur toute leur longueur en resserrant mes doigts. Quand j’arrive aux pointes, je les saisis entre mes doigts et les pince délicatement. Prudence se laisse faire, toute frémissante, c’est à peine si elle ose respirer. Je sens ses genoux tressaillir nerveusement contre les miens chaque fois que je lui taquine les tétins.Je m’amuse ainsi un bon moment, dans le plus grand silence. La coquine prend goût à la chose, cela se sent à l’alanguissement de son corps, à la façon dont elle se cambre chaque fois que je les reprends après les avoir lâchés un instant. Je la sens mûre ; je décide donc de pousser la chose plus avant.— Les seins d’une femme ne servent pas qu’à nourrir ses enfants. Ils sont aussi là pour le plaisir du mari. Et pour le vôtre. Une femme éprouve toujours de l’excitation à les montrer et à se les faire caresser.En lui disant cela, je lui titille les mamelons.— Vous sentez comme ils deviennent durs, Prudence ? Comme ils grossissent ? Est-ce que vous auriez de vilaines pensées, par hasard ? Venez avec moi… nous allons étudier ça de plus près.Je la conduis devant le miroir de la cheminée. Dès qu’elle s’y voit, dépoitraillée, elle pousse un cri et veut se couvrir. Je l’en empêche en lui tenant les mains. Je prends à nouveau ma grosse voix. Et face au miroir, l’obligeant à regarder ce que je lui fais, tout en lui parlant de son futur mari, je lui empoigne à nouveau les mamelles.— Il vous le fera, lui, autant vous aguerrir tout de suite pour ne pas avoir l’air trop sotte ! A la ville, les hommes aiment bien jouer avec les seins de leurs femmes. C’est la faute de toutes ces publicités pour les dessous…Je les soupèse, les secoue, les manipule, les agite, les pétris. C’est terriblement excitant de voir son visage écarlate et ses seins blancs dans le miroir. Elle respire de plus en plus vite. Je me colle à elle par-derrière. Ses fesses charnues accueillent mon érection.— Oh, monsieur le pasteur…— Votre mari aussi le fera… lui dis-je. Nous sommes à la ville, ici, pas à la campagne. Il faut vivre avec son temps.La tenant par les seins, je la plaque contre moi. Je sens son derrière bouger. Je colle ma bouche à son oreille. Charmante oreille en forme de coquille marine. Je lui susurre :— A la ville comme à la campagne, Prudence, quand un mari fait cela à sa femme, elle doit impérativement mouiller sa culotte. Sinon, c’est qu’elle n’est pas mûre pour le mariage. Est-ce que vous mouillez la vôtre, en ce moment ?Elle ne répond pas. Sa bouche épaisse a pris un pli boudeur. Je tire sur les tétines roses, je les allonge, petites cornes de chair. Elle ferme les yeux, s’alanguit contre moi, me pousse les fesses contre le ventre. C’est trop pour une première fois ! En dépit de tous mes efforts pour le retenir, mon plaisir m’échappe, je lui pétris rageusement les nichons et, la serrant contre moi, j’éjacule dans mon caleçon. (Il faudra que je songe à le rincer tout à l’heure pour que Gertrude ne se rende compte de rien.)Cela s’est fait si soudainement que je n’ai sex izle pu retenir un cri furieux.— Vous êtes bien une petite femelle comme toutes les autres ! lui dis-je. Allez, mademoiselle, rhabillez-vous, l’exercice est terminé pour aujourd’hui ! Cachez donc votre poitrine, fille impudique. A-t-on idée de rester ainsi les nichons à l’air !Interdite, au bord des larmes, elle se rhabille en toute hâte. Je la reconduis jusqu’à la porte sans un mot. Au moment d’ouvrir, je lui fixe un nouveau rendez-vous pour demain. Et je referme la porte derrière elle sans attendre même qu’elle m’ait répondu.Si elle vient demain, après un tel début, c’est qu’elle est prête à tout pour se marier. En ce moment, j’en suis sûr, rien que l’idée la révolte. Mais la nuit porte conseil…MARDI. SECOND RENDEZ-VOUS.Après un tel préambule, je n’étais pas du tout certain qu’elle reviendrait. J’avais pris toutefois mes dispositions pour être seul à la maison. Pour les premiers rendez-vous, en effet, je trouve plus prudent qu’il n’y ait personne à proximité. On ne sait jamais comment certaines de ces filles peuvent réagir. J’avais donc envoyé ma femme en visite chez Mme Porbus pour y discuter de la fête paroissiale. Et j’avais demandé à Virginia White, la répétitrice, d’emmener mes filles se promener au bord de la rivière.Trois heures sonnent. Personne. Je suis dans le jardin, occupé à tailler mes rosiers. Allons bon, j’ai dû y aller trop fort. C’est qu’elle était si excitante, aussi, cette oie blanche ! N’y pensons plus. J’essaierai d’être moins pressé pour la prochaine. Mais un quart d’heure plus tard, alors que je suis occupé à asperger mes rosiers d’une solution insecticide contre les pucerons, une voiture arrive. Je me retourne. Un taxi. C’est elle ! A travers les grilles, je la vois régler le prix de la course. Sans me presser, je vais lui ouvrir le portail. Elle tressaille en me voyant et me jette un regard bizarre, par-dessous. Je connais bien ces regards-là. Ma verge se gonfle sous mon tablier de jardin. Les sécateurs dans une main, la bombe insecticide dans l’autre, je la précède dans l’allée. Pendant qu’elle s’installe dans mon bureau, je vais me laver les mains.Elle porte aujourd’hui un tailleur très facile à déboutonner. Seulement trois gros boutons à la veste. Et dessous, un pull de mohair qui s’ouvre avec une fermeture Eclair. Les seins bougent librement. Elle n’a donc pas mis de soutien-gorge. Je la dévisage. Elle soutient mon regard, les pommettes roses.— Avez-vous bien réfléchi, Prudence ? Etes-vous d’accord pour poursuivre nos exercices préliminaires ?Elle fait oui de la tête.— Alors, ne perdons pas de temps. Retirez cette veste. Et ce pull.Elle s’y attendait visiblement, car elle n’hésite qu’à peine. Gracieusement, assise, elle se dépouille de ses vêtements. Je ne m’étais pas trompé, les seins sont nus dessous. Son pull ôté, la voici nue jusqu’à la taille.— Cambrez-vous. Soyez coquette. Montrez bien votre jolie poitrine.Elle m’obéit, paupières baissées. Je la laisse dans cette posture un moment. Les bouts de ses seins pointent.— Aujourd’hui, Prudence, ce n’est pas de votre poitrine que je vais m’occuper. Vous gardez vos seins nus, car ils sont agréables à regarder, mais nous allons passer à un tout autre genre d’exercice.J’ai le plaisir de la voir s’empourprer.— Nous allons, lui dis-je avec une froideur voulue, nous occuper de votre anus.Violent sursaut d’incrédulité, regard offusqué, rougeur accrue, rien ne m’est épargné, j’ai droit à toute la panoplie. Mais la demoiselle ne se rhabille pas, indignée, ne se rue pas hors du bureau en me traitant de vieux débauché ! Allons. Mon collègue de F. avait bien vu. Cette oie blanche est prête à tout pour que je lui trouve un mari qui lui permettra de ne pas se salir les mains aux rudes travaux des champs. Oie blanche peut-être, mais oie très raisonnable.Très raisonnable ? Ou perverse ? Je vais en avoir le cœur net. Je l’amène devant le canapé. Nous n’échangeons pas une parole. Sa main tremble violemment dans la mienne ; quand je la serre, elle répond à ma pression. Mais elle évite soigneusement mon regard.Je lui demande de se pencher en posant ses mains sur le canapé. Elle s’exécute, en laissant se balancer ses seins devant elle. Je leur accorde une caresse distraite, histoire de m’assurer que les pointes sont bien éveillées. Prudence soupire nerveusement. Sa jupe étroite s’avère très pratique : comme la jeune personne a déjà un derrière important et une taille plutôt fine, une fois qu’on a retroussé l’étoffe au-dessus des hanches, elle reste ainsi, boudinée autour du ventre.Prudence porte une sage culotte rose que je lui abaisse sans qu’elle réagisse. Belles et lourdes fesses blanches, semées de taches de rousseur. Elle aura le cul épais, plus tard, et de la cellulite, mais pour le moment, elle est exquise. Je lui soulève une jambe, puis l’autre, pour la débarrasser du sous-vêtement. Ce faisant, agenouillé derrière elle, je lorgne à loisir par-dessous son sexe qui s’entrebâille chaque fois dans une prairie de petits poils roux qui ne cachent pas grand-chose. Les lèvres du con sont charnues et mouillées, la muqueuse de la fente d’un rose très sain, je n’ai pas le temps d’en voir davantage, elle crispe peureusement les fesses et serre ses cuisses l’une contre l’autre. En conséquence, je l’oblige à éloigner ses pieds l’un de l’autre d’environ un mètre, ce qui fait qu’elle est maintenant commodément ouverte. Et pour bien lui apprendre ce que j’attends d’elle : une obéissance aveugle, une impudeur totale, je lui empoigne les fesses dans les mains et les écarte. L’anus apparaît, petit œil rose, chauve, obscène. Comme toujours quand une jeune personne me montre son trou du cul pour la première fois, je suis pris d’une excitation bestiale et d’une irrépressible hilarité. Dominant cette dernière, savourant la première, j’oblige la demoiselle à mettre un genou sur le canapé, puis l’autre. La voici donc dans la pose que je préfère : prosternée, les cuisses bien séparées, les reins cambrés, et la boutique grande ouverte.Dans cette posture obscène, elle n’a plus de secrets pour moi. Je me repais du spectacle de son con largement fendu et de son anus qui s’écarquille. Puis, après un long moment destiné à la rendre bien consciente de la pose humiliante que je lui ai fait prendre, et aussi à lui faire redouter et attendre le moment où je vais toucher ce qu’elle me montre si impudiquement, je m’y décide. Elle avait beau s’y attendre, elle tressaille violemment quand je lui ouvre l’anus entre mes deux pouces. Les tissus sont sains et élastiques, cet orifice n’a visiblement jamais servi à autre chose qu’à ce à quoi la nature l’a destiné. Il se crispe quand je pose le bout de l’index au centre de la corolle.— Tout doux, ma belle, ne nous effarouchons pas déjà ! Cela ne fait que commencer ! Sans doute est-ce l’idée que je vous le regarde et vous le touche en même temps qui vous rend honteuse ! Il faudra vous y faire… votre époux est un homme moderne, Prudence, pas un péquenaud… Il voudra s’amuser avec cet objet-là aussi… C’est de plus en plus à la mode ! Il ne faudrait pas que vous ayez l’air trop sotte, la première fois.Si oie blanche soit-elle, je ne suis pas sûr qu’elle est dupe de mes paroles. Mais la face est sauve, elle se relâche donc, et j’y fourre le bout du doigt. C’est serré en diable. Est-elle naïve ou perverse ? Un doute se glisse dans mon cœur. Peut-être ne subit-elle vraiment cette indignité que dans l’espoir que je lui déniche un époux, et non pas parce qu’elle y prend goût. Quel adorable trou du cul, cependant ! Est-ce que je vais pouvoir, comme je l’espère, y mettre autre chose que le doigt ? J’en suis fou ! Moite, élastique, sensible, parfumé. Je le touche longuement, je le hume, je l’ouvre, je le ferme ; elle se tait toujours.Plusieurs minutes s’écoulent pendant lesquelles je joue avec son troufignon sans que nous échangions le moindre mot. Qu’aurionsnous besoin de nous dire ? J’ai réussi, après l’avoir mouillé de salive, à introduire tout mon index dans son cul. Elle s’est relâchée pour me faciliter la tâche. J’entends, pendant que je farfouille, son souffle haché. Couvertes de chair de poule, ses fesses se crispent et se détendent, par spasmes. Aucun doute, ça commence à lui faire de l’effet. A chaque va-et-vient de mon doigt, son cul s’ouvre davantage.— Mouillez-vous, Prudence ?Aucune réponse. Notre oie blanche est pudique en paroles. Mais j’ai tout loisir de vérifier que sa chatte est inondée. Le vagin est béant. Même pucelles, les filles de la campagne sont souvent ouvertes à cet endroit. Je lui mets le pouce dedans sans difficulté. Long soupir tremblotant. N’oublions pas que j’ai déjà un doigt fourré dans son cul. Je retire mon pouce, je lui taquine le clitoris, elle s’écarquille pour mieux l’offrir. Petit bouton rouge, gonflé, sensible. Elle n’ignore visiblement rien de la masturbation. Elle accompagne ma caresse en se dandinant de façon obscène. C’est de cette façon, un doigt dans le cul, lui pinçant le bouton de l’autre main, que je lui donne son plaisir. On peut le voir à l’œil nu : un flot de liquide transparent dégorge du vagin. Prudence ne peut retenir un jappement, qu’elle ravale en se mordant le poignet. Pour mon compte, comprimant mes couilles entre mes cuisses, je lâche tout, une fois de plus, dans mon caleçon. Mais aujourd’hui, cela se fait au moment que j’ai choisi. Je suis donc de la plus charmante humeur quand je retire mes doigts d’elle.Comprenant que l’épreuve est terminée, Prudence Farming se redresse et tente de se rajuster. Son visage est cramoisi, ses joues sont en sueur, elle a l’air horriblement honteuse. C’est un des moments que je préfère. Je lui souris d’un air goguenard et l’empêche de baisser sa jupe. C’est donc le cul nu et le sexe visible que, la mort dans l’âme et la honte aux joues, elle doit reprendre sa place dans le fauteuil. Moi, je m’assieds sur une chaise, en face d’elle. Je lui donne une tasse de café ; j’en ai toujours en réserve dans mon Thermos.Tout en buvant notre café, je l’interroge sur ses études, sur ses distractions à la campagne. Affreusement embarrassée par le fait d’être soumise à mes questions dans une tenue aussi impudique, elle me répond d’une voix timide, sans me regarder. C’est plus fort qu’elle, ses cuisses se referment, comme si elle ne souffrait pas l’idée de me montrer son con. Chaque fois, je lui tapote les mollets, elle ouvre à nouveau les jambes, mais avec une sorte de sanglot rageur.Nous causons ainsi une longue heure et elle finit par se montrer moins pudique. Vers la fin de l’entretien, je parviens même à lui faire poser ses jambes sur les accoudoirs, en repliant les genoux pardessus, pose d’une rare indécence. Elle m’offre donc le spectacle de son con entièrement ouvert et de son anus. Tout en la questionnant et en écoutant ses réponses, je ne me prive pas de lui tripoter le clitoris et ses anal sex deux orifices. Mais je ne fais que la rapprocher du plaisir, jamais je ne le lui donne, tout amusé de la voir se tortiller et haleter, les joues en feu et le clitoris dardé. Il faut qu’elle sorte d’ici la chair énervée, avec l’envie de se masturber chevillée au corps et qu’elle le fasse, sitôt rentrée, en se souvenant de tout ce qui ce qui s’est passé dans ce bureau.Je pense que je pourrai l’enculer à sa prochaine visite. Après l’avoir masturbée, comme aujourd’hui, je trouverai bien un prétexte pour la punir. Une fois attachée, les yeux bandés, ce sera bien le diable si je n’y arrive pas. D’autant plus qu’elle ne saura pas, après avoir reçu sa fessée, si c’est le doigt ou autre chose que je lui introduirai dans le cul. La morale sera donc sauve ! Je compte sur sa mauvaise foi, elle semble en posséder une dose peu commune.A la fin de notre entrevue, comme je veux avoir un prétexte pour la punir à sa prochaine visite, je lui donne une leçon à apprendre. Il s’agit d’une page du Deutéronome, hérissée de difficultés.— Vous me réciterez cela demain, Prudence. Il faut s’occuper aussi de votre âme !— Tout cela ?Elle est terrifiée d’avance. Je me montre intraitable. Je la reconduis, après qu’elle s’est rhabillée, puis, je lui fais visiter mon jardin, comme s’il ne s’était rien passé entre nous que de très normal.JEUDI. TROISIEME RENDEZ-VOUS.Comme convenu, Prudence Farming s’est présentée chez moi, hier, à l’heure dite. Elle portait la même robe à fleurs que lors de notre première entrevue. Je me suis dit en la voyant remonter l’allée du jardin qu’il faudrait la mettre entièrement nue, en ne lui laissant que ses bas, dont l’un était toujours filé. Je me suis vu la pourchassant dans le bureau, armé d’une badine, et cinglant sa chair blanche, ses fesses rebondies, ses seins charnus et ballotants, et elle, criant, pleurant, suppliant, sautillant, de-ci, de-là, tout affolée…J’imaginais si bien la chose que le plaisir m’a surpris ainsi, de façon stupide, debout, derrière la fenêtre. Une rage sans nom m’a envahi dont j’ai rendu responsable cette sombre idiote. Tout mon enthousiasme s’était éteint. Pendant qu’elle sonnait, je me suis essuyé tant bien que mal, puis je suis allé trouver Virginia White, dans la salle d’études. Elle était occupée à faire chanter mes filles. Plaisant tableau. J’ai demandé à la répétitrice d’éconduire la visiteuse.— Dites-lui que je suis occupé. Qu’elle revienne demain, à la même heure.Par la fenêtre, caché derrière le rideau, j’ai eu le plaisir de voir la déconvenue de Prudence Farming. Ce n’était pas sans arrière-pensée que je lui avais expédié Virginia White. La répétitrice de mes filles est une fort jolie personne. J’ai jugé que Prudence, constatant que d’autres belles créatures m’approchaient, ne se ferait pas une idée trop haute de son importance.La porte close, elle est restée sur le seuil, la tête basse. Puis elle s’est résignée à partir, non sans se retourner à plusieurs reprises pour regarder dans la direction de ma fenêtre. Heureusement, le rideau est épais. J’étais assez frustré, cela va sans dire, mais pas fâché de faire mijoter cette rustique pécore. Elle n’en serait que plus disposée, me suis-je dit, à subir le lendemain tout ce que je serais enclin à lui infliger.J’ai passé l’après-midi à faire du rangement dans mes livres. Le soir venu, Mme Porbus m’a rendu une visite inopinée, à propos des comptes de la société de bienfaisance. Comme il y avait quelques petites erreurs, je l’ai fouettée jusqu’au sang. Je l’avais attachée, nue, sur le canapé, avec deux gros coussins sous le ventre pour bien surélever sa croupe de jument poulinière. J’avais pris la précaution de lui fourrer sa culotte dans la bouche. Je la sentais trembler de peur pendant que je bouclais les courroies sur sa chair nue ; une exaltation sauvage m’emplissait.Je l’ai fouettée à la cravache pendant une demi-heure, sans m’interrompre, sur tout le corps. A la fin, j’étais en sueur et je ne visais plus que son entrecuisse. Quand j’en ai eu fini, sa grosse vulve avait bien triplé de volume. Elle était trempée, bien sûr, et je l’ai longuement récompensée de sa punition. Chose faite, je suis retourné au rangement de ma bibliothèque. Elle s’est rhabillée en ravalant ses sanglots, humiliée que je l’ai traitée comme une prostituée, car d’ordinaire je lui fais toujours un brin de causette, notre affaire faite.Aujourd’hui jeudi, donc, Prudence Farming est de retour. Je vais l’accueillir moi-même. Dans la salle d’études, nous entendons mes filles jouer au piano. Je m’excuse pour hier.— J’avais oublié que j’avais déjà un autre rendez-vous. Une fille à marier comme vous…Elle me jette un regard de reproche où je crois déceler un brin de jalousie.— Ne l’enviez pas, lui dis-je, fort négligemment. J’ai dû la fesser à cul nu parce qu’elle ne savait pas sa leçon ! Si vous l’aviez entendue pleurer ! Une fille de vingt ans !— La fesser ! bégaie Prudence, en ouvrant grand les yeux.Ses joues sont toutes roses.— Eh bien quoi, lui dis-je, comme si c’était tout naturel, n’étaitil pas normal que je la punisse, puisqu’elle ne savait pas sa leçon ? Y voyez-vous quelque chose à redire ?Elle secoue la tête, pour me dire que non, mais n’en reste pas moins abasourdie. Je l’introduis dans mon bureau dont je ferme la porte à clef.— Mes filles sont à la maison, aujourd’hui, comme vous l’entendez. Je préfère qu’elles ne nous dérangent pas… au cas où vous seriez déshabillée…Prudence, tortillant l’anse de son sac dans ses mains, baisse les yeux et ne dit mot. Elle a encore mis son éternelle robe à fleurs, mais ses seins, dessous, bougent librement, ce que je juge de bon augure. Au moment de s’asseoir, je la vois sursauter. J’ai laissé bien en vue, sur le bureau, la culotte de Mme Porbus qu’elle a oubliée la veille, dans son désarroi.— Tiens, fais-je, en la fourrant dans un tiroir, elle a oublié de remettre sa culotte après la fessée. Je la lui rendrai à sa prochaine visite. Eh bien, par quoi commençons-nous, aujourd’hui, Prudence ?— Comme il vous plaira, monsieur.Mais ses joues qui sont maintenant d’un rouge ardent me renseignent sur ses vœux secrets.— Et si vous me récitiez votre leçon ? C’était le Pentateuque, je crois ?— Le… le Deutéronome, monsieur…Et la voici en larmes. C’est aussi soudain qu’une averse et j’en reste saisi. Puis une joie atroce m’enfle le cœur et ma verge se raidit. Elle se mouche, m’adresse un regard suppliant à travers ses larmes.— Ce n’est pas faute d’avoir essayé, monsieur, mais je n’ai aucune mémoire… Je n’y arrive pas !Je prends l’air navré qui convient.— Je me vois donc contraint de vous punir comme vous le méritez. Vous avez eu deux journées entières pour apprendre cette page.— Que… que… qu’allez-vous me faire ?— Mais vous donner une fessée, ma chère, cela vous apprendra à être plus sérieuse dans vos études !Comme elle se lève, interloquée, et regarde autour d’elle d’un air égaré, j’ajoute :— Une fessée à cul nu, eh oui ! Comme une vilaine fille qui travaille mal à l’école ! C’est ainsi, ma chère Prudence, il va falloir y passer… si vous tenez toujours à ce que je vous présente un bon parti.Tout en parlant ainsi, je pousse mon grand fauteuil au centre de la pièce, face au miroir de la cheminée, de façon que la scène qui va se dérouler s’y déroule. Je suis bien décidé à ne pas me priver d’une miette du spectacle. Je m’assieds et, tout en tapotant mes genoux dans un geste d’invite, j’adresse un coup d’œil narquois à Prudence qui, debout devant moi, son sac à la main, se tortille lamentablement.— Eh bien ? Qu’attendez-vous ?Je lui prends son sac et je le pose derrière moi, sur le bureau. Puis je la tire à moi.— Mettez-vous sur mes genoux. Mais non, idiote… pas assise, à plat ventre… C’est de vos fesses que je vais m’occuper.Paralysée de timidité, elle se plie maladroitement à ce que je demande, et, moitié contrainte, moitié de bon gré, la voici en travers de mes cuisses. Ses jambes d’un côté, sa tête de l’autre, les mains touchant le plancher. Je retrousse sa robe à fleurs et je la fais retomber par-dessus sa tête, comme une tente. Ainsi, elle ne pourra rien voir. Une long frémissement la parcourt. Sans perdre de temps, je lui baisse sa culotte sous les genoux. Puis, me disant que j’aurais à lui écarter les cuisses, je la lui retire définitivement.— Etes-vous prête à recevoir votre fessée, Prudence ?— Oui, monsieur… sanglote-t-elle d’une voix étouffée, sous sa robe.— Je vais vous disposer de la façon qui me convient, et ensuite, il faudra rester ainsi. C’est compris ?Nouvelle approbation étouffée. Je lui caresse amoureusement les fesses. Elles sont vraiment divines, à cet âge, chez ces filles bien en chair. Sa peau déjà toute moite. Je la fais pivoter sur moi, de façon à introduire un de mes genoux entre les siens, ce qui l’oblige à se mettre à califourchon sur une de mes cuisses. Dans cette posture, son cul fait face au miroir. La fente rose du con est déjà à demi ouverte. Des deux mains, j’écarte les grosses joues pâles et je peux voir l’anus tout crispé de peur.— Je vais vous fesser progressivement, lui dis-je, pour vous habituer à la douleur.Et je me mets à lui distribuer des tapes très sèches sur les fesses, sur les cuisses ; cela fait tressaillir sa chair élastique qui ne tarde pas à être animée d’un mouvement incessant et à rosir. Excité par ce spectacle alléchant, je frappe plus fort, du plat de la main. Les claques résonnent dans le silence. Je n’ai rien à craindre, la pièce est insonorisée. Prudence se trémousse, les fesses commencent à lui cuire, elle soupire, et tantôt, lâche un cri aigu. Je me prends au jeu, l’excitation me gagne. Je la fesse maintenant à bras raccourcis, son cul est écarlate, et la voici enfin où je voulais, en larmes, suppliante sous sa robe qui étouffe sa voix. Mais elle n’a pas un geste pour se soustraire à la punition et, dans le miroir, je peux voir son con béer de plus en plus, entre les poils roux, les grandes lèvres sont luisantes de mouille…Je surélève le genou qu’elle chevauche, et, tout en me servant du miroir pour bien viser, je lui tapote le sexe. Il est brûlant et baveux, à chaque claque mes doigts recourbés s’y enfoncent ; je m’acharne sur le clitoris. Il est entièrement sorti et tout gonflé. Chaque fois que mes doigts le frappent, Prudence piaule. J’alterne les claques molles et sournoises, très longuement appuyées, qui ne sont qu’un prétexte à la masturber en lui pétrissant la chatte et en fouillant longuement sa fente, et les vraies claques, les méchantes, qui lui aplatissent les lèvres et lui meurtrissent le clitoris. Je la rends folle, de cette façon, en alternant punition et branlette, à un rythme si rapide que bientôt tout se mélange en elle, le plaisir et la souffrance ne formant plus qu’une seule sensation affolante qui la fait sangloter et crier. bedava porno Sa croupe est maintenant aussi rouge qu’un soleil couchant, quant au sexe, c’est une large et profonde entaille d’où dégorge une abondante mouille…— Oh monsieur ! Oh monsieur ! Oh monsieur, hoquette Prudence.Elle ne parvient pas à dire autre chose. Ma main la claque, ma main la fouille. Et elle, elle répète sans cesse « oh monsieur… oh monsieur… » La petite garce a bien dû jouir trois ou quatre fois quand, la main me faisant mal, je décide d’arrêter.Elle se remet sur pied, persuadée sottement que la punition s’arrête là. Son visage est inondé de larmes, mais ses yeux luisent d’une façon qui ne me trompe pas. Sans doute vient-elle d’éprouver les sensations les plus surprenantes. S’étale sur son visage empourpré une veulerie canine qui dément les plaintes faussement scandalisées qu’elle se croit tenue de m’adresser.— Oh, vous m’avez fait très mal ! Si mal !— Et ce n’est pas fini, lui dis-je, en me relevant. Enlevez votre robe…— Mais !— Croyez-vous m’abuser, mademoiselle ? N’êtes-vous pas toute mouillée entre les cuisses ? Vous avez honteusement profité d’une punition pour prendre du plaisir !Comment pourrait-elle le nier ? Je m’arme de mon visage le plus féroce. Elle retire donc sa robe en vitesse, et je peux contempler avidement sa nudité. Quelle belle plante… C’est toujours émouvant de regarder une femme nue, surtout quand on est soi-même habillé, et qu’elle se met nue dans le but de se montrer à vous. Cramoisie, tête baissée, Prudence me laisse admirer tous ses trésors. Comment ne pas croire à Dieu quand on voit une fille nue ? Quand je l’ai bien reluquée sous toutes ses coutures, je fais pivoter mon fauteuil et je fais prendre à la jeune personne la pose la plus propice à mes desseins.Elle doit basculer la tête en bas par-dessus le dossier du fauteuil, de façon à avoir le visage au ras du siège. A l’aide de lanières de cuir, je lui attache les poignets aux pieds de devant du fauteuil. Comme elle a la tête en bas, ses cheveux retombent en corolle et lui cachent le visage.Pendant que je la ligote ainsi, elle sanglote de peur. Prudence a donc le cul en l’air, juché sur le dossier. Ses jambes pendent verticalement derrière le fauteuil. Comme c’est un meuble à dossier étroit et haut, ses pieds ne touchent pas terre. Je retire ses chaussures et ses bas à la jeune fille. Puis je lui replie une jambe de chaque côté du dossier, de façon qu’elle soit pour ainsi dire à califourchon dessus, comme une cavalière sur sa monture, ce qui lui ouvre le cul et le sexe d’une façon on ne peut plus indiscrète. Pour qu’elle ne puisse pas remettre ses jambes à la verticale, à l’aide d’autres courroies, je lui fixe les genoux aux accoudoirs.Contemplant amoureusement le spectacle de son cul ouvert et de son sexe béant, j’ai tout loisir de constater à quel point ces préparatifs l’ont mise en émoi. Fouillant des doigts son sexe trempé qui bâille comme le calice d’une fleur obscène, je lui taquine le clitoris et les nymphes, et très vite des soupirs saccadés entrecoupent ses pleurs. Après l’avoir conduite au bord de la jouissance, je l’y laisse en suspens, son petit attribut gonflé comme une cerise sur le point d’éclater. La laissant panteler, je choisis dans mon armoire une longue badine de coudrier. Je la fais siffler dans le vide. Prudence pousse un cri terrifié. Elle a compris ce qui l’attend.Alors, sans plus attendre, je me mets à l’œuvre.SSSWWWIIIISSSSHHH ! ! !Elle a eu le temps d’entendre siffler la badine car j’ai visé de très haut, et abaissé mon bras de toute ma force. La brûlure atroce qui lui lacère le cul lui arrache un hurlement terrible. Ses fesses que traverse une longue balafre rouge, durcissent comme de la pierre, puis se relâchent, et son anus, qui s’était recroquevillé sur lui-même, s’ouvre d’un coup, comme si elle expulsait de l’air. Mais déjà j’assène le second coup… un centimètre plus bas… juste en travers des globes… SSSSSWWWWIIIISSSSHHH ! ! !Oh comme ce sifflement est enchanteur, et comme le cri torturé qui lui répond est doux à mon oreille ! La jeune personne ne pouvant me voir, je retire mon pantalon, et me voilà, la bite raide, les couilles ballotantes. Elle sanglote d’une façon affreuse, m’adresse des supplications forcenées, hystériques : non, non, elle préfère se marier à la campagne, elle ne veut plus entendre parler de moi, je ne suis qu’un vieux fou…Ricanant, je lui visse un doigt dans le cul.— Puisque vous le prenez ainsi, je vais doubler la dose.Soit dit en passant, son clitoris n’a jamais été plus raide ! Cette fille est sans doute sincère dans ses supplications, mais, ce qu’elle ignore encore, dans sa naïveté, c’est qu’elle est une pure, une authentique masochiste. Je caresse amoureusement les deux striures qui marquent son beau cul. Elles sont en train de bleuir, et deux bourrelets livides se forment de part et d’autre des sillons que la badine a imprimés dans la chair. Il faudra la pommader quand ce sera fini, sinon, chaque pas lui arrachera un cri de douleur.Ces constatations opérées, sans tenir compte de ses hurlements, de ses insultes, de ses supplications, de ses sanglots hystériques, je reprends mon ouvrage. Tout d’abord, je la cingle en me tenant de côté, de façon à lui marquer la croupe entièrement, en partant des reins et en descendant jusqu’à mi-cuisses. Quand toute cette partie n’est plus qu’un réseau de zébrures horizontales, certaines rouges, d’autres déjà bleues, les plus anciennes virant à un jaune verdâtre qui révèle la profondeur des ecchymoses, je change de position.Me postant en face du cul ouvert, je vise la fente du fessier et celle du sexe. Je frappe à la verticale, de haut en bas. Les cris qu’arrache cette torture à la malheureuse tournent à l’hystérie la plus bestiale. Ce n’est plus qu’un interminable hurlement, une sorte de râle fou ; par moments, étouffée par ses larmes, elle manque s’étrangler. La folie n’est pas loin. Il est temps d’entrer dans le vif du sujet. Après lui avoir cinglé plusieurs fois d’affilée l’intérieur du con, en visant le clitoris, je jette ma badine à mes pieds, et, sans demander la permission de la demoiselle, je l’encule délicieusement.Tout d’abord, toute à son délire furieux, elle ne se rend pas compte de ce qui lui arrive. Je suis déjà au fond de la poche rectale, mes mains accrochées comme deux serres à ses fesses meurtries, qu’elle me supplie toujours de ne plus la fouetter. Mais enfin, au bout d’un moment, elle réalise le changement… et cesse de m’implorer, tandis que son anus s’ouvre voracement pour me fêter. Je plonge avec volupté au fond de sa tripe et de mon ignominie. Elle est moelleuse, onctueuse, brûlante, c’en est un bonheur. Pour l’inciter à participer à l’action, je glisse une main sous mes couilles dans la fourche de ses cuisses, et je la branle. Mes doigts patinent dans la mouille épaisse qui tapisse sa muqueuse meurtrie. Quand je saisis son clitoris, elle ne peut retenir un aveu…— Ouiii ! ! ! crie-t-elle. Oh, ouiiiiii…Là, m’accompagnant de ses pizzicati clitoridiens, je l’encule avec une vigueur qui ébranle le fauteuil. Prudence s’ouvre, Prudence m’avale dans son cul, si j’osais, je la lui mettrais bien par-devant, mais il ne faudrait pas trop l’élargir, pas encore, il sera toujours temps une fois que son fiancé l’aura déflorée. Car je compte bien qu’elle continuera à me rendre visite, une fois mariée par mes soins. La plupart de ces jeunes personnes continuent à me visiter, de temps à autre, pour des « stages de perfectionnement » qui leur permettent de retrouver ici des émotions que leurs maris ne peuvent leur donner. Tout en me livrant à ces réflexions, je retire ma bite de l’anus, et j’en promène le gland dans la fente du con, histoire de tâter le terrain.— Attention, monsieur… me susurre aussitôt Prudence.La coquine porte bien son prénom ! Je la rassure.— Ne craignez rien…J’enfile mon gland dans l’entrée du vagin. Je sens l’hymen élastique se distendre pour accompagner l’intrusion. Je m’amuse avec son con de cette façon, n’y introduisant que le gland, tout en lui taquinant le clito de l’index, de façon que l’excitation qu’elle en éprouve l’empêche de se crisper. Et peu à peu, en effet, malgré son appréhension, son vagin s’élargit, la corolle de l’hymen s’assouplit, je n’aurais qu’une poussée à donner pour la déflorer. Je me fais une raison. Il faut bien laisser ce colifichet à son mari. D’avoir épousé par mes soins une fille vierge le rendra moins méfiant quand il verra sa femme venir me consulter régulièrement.Je retourne donc au cul. Et c’est là, dans les profondeurs obscures, que je lâche mon offrande. Oh, quel plaisir, Seigneur… Merci, mon Dieu, merci ! Si intense, si fou ! Je manque m’en évanouir de bonheur. De son côté, elle râle comme une bête à l’agonie. Paradoxe de cette initiation : elle aura joui par le cul avant de connaître l’orgasme vaginal ! Pour ce qui me concerne, je gicle si longuement en elle, que j’ai l’impression de me vider entièrement. Mon cœur cogne dans ma poitrine, j’ai le sang à la tête, je suis au bord de la pâmoison.Reposant sur le théâtre de mes exploits, la bite encore dedans, je reprends lentement mes esprits. Elle est silencieuse, perdue dans ses émotions, dans ses pensées.— Dès dimanche, lui dis-je, en m’extirpant (ce qui lui arrache un soupir) je vous présenterai à cet employé de banque dont je vous ai parlé. Il y a une fête paroissiale chez Mme Porbus, la trésorière de la société de bienfaisance. Je vous y ferai inviter.Je me reculotte, puis je la détache. Après quoi, je lui pommade méticuleusement le cul et le sexe. Toute pudeur est abolie entre nous. Rien n’est dit, mais nous nous comprenons à merveille.Une fois rhabillée, elle m’adresse un regard interrogatif.— Dois-je revenir demain, monsieur ?— Laissons vos fesses se reposer, ma chère Prudence. Il ne faut pas abuser des meilleures choses. Vous reviendrez samedi, la veille de la fête. Et cette fois, j’ose espérer que vous saurez votre leçon. Sinon, comme aujourd’hui, le derrière vous en cuira !Elle paraît tout étonnée.— Mais, monsieur, si vous me fouettez samedi… le lendemain, dimanche, pour la fête où je dois rencontrer ce jeune homme… je serai encore toute marquée !— En quoi cela importe-t-il, ma chère Prudence ? Auriez-vous l’intention de lui montrer vos fesses dès le premier jour ?Elle s’embrase, comme prise en faute, avec un petit rire embarrassé.— C’est vrai, que je suis sotte… Pas le premier jour. Mais si j’ai trop mal, je ne pourrai pas danser.— Je me servirai d’un martinet. Cela fait mal sur le moment, mais le lendemain, il n’en reste rien.Sur cette promesse, nous nous séparons les meilleurs amis du monde. Prudence est si charmante que je la présente à mes filles qui lui font la révérence. Et ma femme elle-même, qui l’aperçoit pendant que je la reconduis, me fait compliment sur elle.— Elle a l’air très saine, cette jeune fille ! Une vraie fleur de la campagne ! J’espère que vous lui trouverez un bon mari.— C’est mon vœu le plus cher, ma chère femme. Mon vœu le plus cher…Certes, je n’entends pas me priver d’une telle perle.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Vieille Branche Sèche (3)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Vieille Branche Sèche (3)Carmen apparaissant devant ma porte de chambre ouverte cognant…Carmen – Salut jeune homme…Je te dérange…Moi – Non…Qu’est-ce qu’il y a…Carmen – Je suis juste venue pour te demander un service…Moi – Ah bon…Lequel…Carmen – Il y aurait une de mes amies qui aurait besoin de quelqu’un pour tondre sa pelouse…Moi – Ah…Ok…Et c’est pour quand…Carmen – Quand tu veux…Selon ta disponibilité…Moi – Je pourrais passer demain après midi…Si elle le veut bien….Carmen – Parfait…Tu seras payé entre 100 dollars et 125 dollars pour une heure à une heure et demi de travail…Moi – C’est pas un peu cher payé…Carmen – Enfin…Oui…Mais elle ne veut pas juste çà…Si tu comprends ce que je veux dire…Moi – Ah…Alors elle aussi…Carmen – Elle s’appelle Andrée…Tu vas voir…Elle est bien gentille…Cognant à la porte de la madame entrant. Une brève accolade et nous voilà à converser un peu. Andrée était un peu plus petite que moi mesurant 5 pieds 3 pouces. Blonde aux cheveux courts et aux yeux bleus portant des lunettes. Un peu grosse avec une poitrine tombante de dimension moyenne. Une femme de 62 ans fort sympathique et joyeuse. M’avouant entre les branches qu’elle avait déjà le clitoris bien durci. Remarquant un jacuzzi et une véranda sur son terrain vaste et son herbe longue datée d’un peu plus d’un mois. Attendant ses directives pour débuter mes travaux. L’apercevant dix minutes plus tard au loin entrain de se déshabiller. sex izle Submergeant complètement son corps dans l’eau chaude du bain thermal. Un verre de rosé à la main. Elle m’avait proposée au passage de venir la rejoindre aussitôt mon labeur terminé…Andrée – Allez…Sois pas si timide…Enlève tous tes vêtements…Dans mon plus simple appareil pour venir la rejoindre à l’eau et discuter. Sa main gauche caressant ma cuisse droite dans l’instant. Ma tige érige devenue aussi droite qu’une barre de fer. La madame venant porter explicitement la pointe d’une grappe de raisin vers sa bouche. La tension sexuelle augmentant de plus en plus entre nous deux. J’aimais bien les lourdes démarcations blanches laissé par son bikini sur ses attributs sexuels. La madame très généreuse en parole. M’indiquant qu’une de ses amies devraient passer chez elle sous peu…Andrée – Elle devrait apparaître dans une demi heure…Je suis sûre que tu vas l’aimer…La dame apparaissant à l’heure prévue. Andrée lui indiquant de ce déshabiller et de venir nous rejoindre. Ajoutant qu’elle me connaissait à peine. Et qu’il n’y avait pas de raisons de ce gêner. Céline était une vieille dame de 68 ans aux cheveux gris. Avec les yeux noirs portant des lunettes. Mince avec une grosse poitrine tombante. Un peu plus grande qu’Andrée. Grand-mère plusieurs fois et de tempérament très calme. Fort probablement veuve. Un peu mal à l’aise de se retrouver nue devant un inconnu.Après une brève discussion et plusieurs xhamster porno termes évoqués à allusions sexuelles. Au salon en compagnie d’Andrée trente minutes plus tard. Céline absente depuis un moment car elle me trouvait un peu trop jeune. Fourrant Andrée dans son lit après une heure de conversation. Sa lampe de chevet tombée sur le sol en début d’interaction. Ma bouche sur sa grosse chatte baveuse et odorante. Frissonnant sous mes coups de langue bien appliqué. Un peu comme si je venais lui lisser une crème glacée vanillée de bas en haut sur sa fente. Adorant la position effectuée sur le côté avec elle de la pieuvre. Une vrai grosse cochonne en manque d’affection toujours en couple. Baisant avec ma belle sexagénaire pendant une bonne quarantaine de minutes. Une femme ultra chaude qui aimait se faire piner durement.Reprenant l’acte charnel dans sa voiture plus tard en soirée. À l’abris des regard dans le stationnement d’un super marché. Découvrant une femme qui aimait jouir et s’exprimer d’une vive voix. Une nouvelle fois prise sur le côté avec la porte de sa banquette arrière ouverte. Mouillant son siège de sa cyprine chaude et délicieuse. Elle couinait comme une truie dans la pénombre du lieu. Caressant son ventre rond et la pointe de ses seins gonflés par l’excitation. Andrée qui me regardait le visage en sueur. Exprimant son désir d’être prise plus longuement.Croisant Céline deux jours plus tard à ce même super marché. S’excusant yabancı porno de s’être absentée sans véritable raison chez son amie. M’invitant du même coup chez elle pour prendre café. Après une brève discussion. Elle revient de la salle de bain sans pantalon ni sous-vêtements. Ne portant qu’un chandail léger blanc. M’avouant qu’elle aimait bien se la prendre dans le cul une fois de temps en temps. Pour ensuite nous diriger vers sa chambre. Déshabillé devant elle. Céline enlevant son chandail. Prenant la madame par la deuxième porte à sa demande. Tout en masturbant son clitoris de sa main gauche. Son petit orifice étroit qui su me donner de très belles sensations une fois lubrifié. Jouissant devant les photographies cadrées de ses enfants, ses petits enfants et son défunt mari. Certains de ceux ci tombant sur le sol à cause des nombreuses vibrations charnelles. La madame qui me regardait de l’arrière le visage plaintif. Sa main droite appuyée sur mon ventre musclé ou bien ma hanche droite. Ce geste ayant pour but de ralentir la cadence un peu. Pour ensuite me retirer et venir éjaculer sur une petite statuette de la sainte vierge à sa demande. Un bon moyen pour ne pas l’oublier dans mes souvenirs me disait elle. La madame qui fut prise une seconde fois dans sa chambre dans la position du missionnaire. Avec ses jambes écartées bien ouvertes. Tel les ailes d’un aigle déployées. des sons de pénétrations mouillées résonnant dans toute la pièce. Déchargeant mes semences dans l’antre chaud de ses belles lèvres vaginales rosées…Céline – La sodomie…C’était seulement pour faire pardonner mon absence…Prends en pas une habitude…Si tu venais qu’à revenir dans mon nid plus souvent…Précieuse jeunesse…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une famille en Or (4)

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Une famille en Or (4)Me revoilà! La suite de mes aventures est un peu plus axée sur l’évolution de ma cousine après son initiation décrite dans les épisodes précédent. Mercredi 2 août 1989J’ai des nouvelles de Valy qui est rentrée ce week-end de la colo où elle travaillait. D’abord elle respire mieux à la maison, car son père est enfin parti. La procédure de divorce est entamée.Comme son frère est allé chez un de ses copains dont les parents ont une maison sur la côte, et que sa mère est plutôt cool, Valy a commencé dès lundi à bronzer à poil dans le jardin.Ma tante n’a rien dit jusqu’à ce que ma cousine reste comme ça aussi le soir à l’intérieur:— Dis donc, c’est nouveau ça, de te balader à poil dans la maison? Tout à l’heure pour bronzer, OK, mais là… Et c’est quoi cette épilation? On te voit tout!— Oh, maman, c’est la mode. Et c’est mignon, non? D’ailleurs, Caro est encore plus épilée que moi, elle n’a plus aucun poil!— Parce que tu as vu Caro nue?— Oui, en juin. On allait pas se gêner entre cousines, on a fait un peu de naturisme.— Mais Ju était là, pourtant?— Evidemment, et je savais déjà comment c’est fait, un mec! Et lui aussi est tout épilé. De toute façon, on est tous majeurs, alors ou est le mal?— Soit, admettons, mais pense à ton frère!— Lui aussi, il a un an de plus que moi! Et là il est absent pour deux semaines, alors laisse-moi en profiter et je te promets d’enfiler quelque chose chaque fois qu’il est là. Quoique, je crois pas que ça le gênerait trop de me voir à poil…Marie-Lou a capitulé et je propose à Valy d’aller la soutenir dans sa démarche ce week-end.Dimanche 6 août 1989J’arrive en fin de matinée à Bouc-Bel-Air, et c’est Marie-Lou qui m’ouvre la porte en maillot alors que Valy rentre de la terrasse, à poil:— Viens Caro, avant de manger on a le temps de profiter un peu du soleil!Sa mère l’apostrophe:— Dis donc, tu aurais pu t’habiller, on aurait pu t’apercevoir depuis la rue! Décidément…J’interviens tout de suite:— Allez, Marie, on s’est vues comme ça jour et nuit pendant toute la semaine, en juin! Donc, on va faire un peu de bronzage intégral. OK?Lorsqu’elle vient nous prévenir que le repas est près, elle nous trouve étalées, les jambes écartées, et je crois qu’elle est un peu gênée en voyant mon épilation totale. Pour la rassurer un peu, je remets un string pour le repas, et Valy m’imite.Après le dessert, nous l’aidons à débarrasser, puis nous lui proposons de faire une sieste digestive au soleil. Comme elle garde tout de même un bas de maillot, je la chambre un peu:— Allez, on est entre nous, lâche-toi, enlève tout!Elle proteste un peu, mais finit par céder:— Ce que vous me faites faire…— Bravo maman!Je rajoute:— Dis donc, Marie, avec ta toison abondante, c’est comme si tu avais un maillot! Tu devrais t’épiler, au moins sur les côtés!-Tu as raison, je me néglige un peu trop ces derniers temps, je l’avoue.-Tiens, attends, je vais te le porno izle faire tout de suite! J’ai l’habitude de le faire à maman et à Sève, et maintenant aussi à Valy.Elle n’ose pas faire de manières et accepte. Je lui fais une coupe bien dégagée, mais je lui laisse un bon triangle isocèle. Elle tressaille un peu quand je la rase le long de la fente jusqu’à l’anus, mais elle se laisse faire.Nous la complimentons pour son nouveau look, et je vois à ses tétons que cette séance l’a un peu troublée.Elle promet à Valy de refaire du naturisme lorsqu’elles sont entre elles à condition que Valy tienne sa promesse de porter quelque chose quand Ben sera de retour.Jeudi 17 août 1989Ju est en train de me prendre en levrette quand le téléphone sonne. Je décroche, et c’est Valy qui me tiens au courant:— C’est bon, ma mère prend goût à la vie sans vêtements. Il a fallu que je la pousse encore un peu le lendemain, mais dès le mardi elle s’est mise directement à poil dès son retour du boulot. Mais quand Ben est revenu dimanche, ça a été la fin.— Oui, il fallait s’en douter. Elle allait pas s’exhiber devant ton frère.— Oh, mais je suis pas restée inactive! J’ai tenu la promesse de pas me balader à poil devant lui. Mais je porte juste un string et un débardeur, rien de plus, et parfois seulement le string. Ma mère à un peu protesté, mais elle a été obligée de reconnaitre que ma tenue, c’est «quelque chose», comme promis, même si c’est pas beaucoup.— J’imagine la tête de ton frère!— Ah, c’est sûr, ça l’a d’abord estomaqué, mais ça lui plait bien vu la forme de son short. J’en fait même profiter ses deux potes de lycée hier.— Raconte!— Quand ils sont arrivés avec lui, j’étais dans le jardin en train de bronzer. Comme j’étais à plat ventre avec les pieds tournés vers l’entrée, je me suis redressée sur les coudes et j’ai tourné la tête pour leur dire bonjour.Ils avaient une vue sur la ficelle dans ma raie! Un peu plus tard, je suis entrée pour aller me chercher à boire et je me suis bien penchée en prenant une bière au frigo.Ils étaient prêts à exploser quand je leur ai fait face sans essayer de cacher mes tétons.Je pense que le soir ils se sont tous branlés en pensant à moi, même mon frère! Et j’ai même pas la moindre honte à ce que ce soit mon frère.— Eh bien, bravo, continue! Oh oui, plus fort!— Comment ça plus fort?— Euh, rien, c’est Ju qui est en train de me bourrer pendant qu’on parle.— Ah, évidement, j’aurais du m’en douter! Alors profitez bien, et à bientôt!Mercredi 13 septembre 1989Le “à bientôt” dont il était question au-dessus s’est concrétisé dès le samedi suivant puisque ma cousine est venue passer le week-end avec nous. Outre les parties à trois le samedi à la maison, nous l’avons emmenée dans les Calanques où nous l’avons initiée à la baise en plein air, avec les risques d’être surpris. Cela n’a pas été le cas, personne n’est passé vers la crique où nous étions.Depuis, yaşlı porno Ju a accepté de remettre en marche une Auberge dans les Alpes du Sud et en prendre la direction à partir d’octobre. Courant septembre, nous y montons pour qu’il fasse le point des travaux à faire pour la réouverture. Nous sommes sur l’autoroute qui descend des Alpes, assez tard dans la soirée. J’ai un bonne envie de pisser depuis un bon moment, et là, je ne peux plus tenir.Ju sort à l’aire du Pont Mirabeau, et s’arrête à quelque distance du bloc sanitaire. L’aire étant déserte, il me lance :— Chiche, tu y vas à poil !Je ne me dégonfle pas. J’enlève ma robe légère sous laquelle je ne porte rien, et je garde juste mes sandales pour marcher. Je vais tranquillement aux toilettes, et je me soulage enfin.Juste comme je finis, j’entends le bruit d’une voiture qui s’arrête pile devant le bloc. J’entends une voix de femme qui dit à quelqu’un qu’elle fait vite.Sans me démonter, je tire la chasse, je sors du WC et je tombe pile sur une femme qui reste bouche bée de se trouver devant ma nudité. Je prends un air décontracté, et je me rince les doigts au lavabo en lui disant :— Avec cette chaleur, on ne sait plus quoi se mettre !Puis en sortant du bloc, je me retrouve au niveau de leur voiture, avec son mari médusé, et à l’arrière un ado, sans doute leur fils, qui vu son air ahuri mettra du temps à réaliser ce qui se passe. Je leur adresse donc un petit signe en souriant, et je m’éloigne sans me presser pour qu’ils profitent au maximum du balancement de mes fesses.Dès que je suis dans la voiture, Ju démarre. Il s’est mis à poil pendant mon absence et il bande dur. Je le branle pendant que nous reprenons la route.Au péage, j’ai déjà tout avalé mais nous sommes encore à poil, faisant une grande surprise à la caissière. Nous stoppons à l’aire suivante pour nous nous rhabiller avant d’arriver à Marseille.Jeudi 12 avril 1990Depuis octobre, rien de spécial, la routine avec quelques parties à trois avec Valy lorsque nous sommes redescendus vers Marseille pour les fêtes de fin d’année.Nous sommes maintenant installés à Jausiers et en attendant de trouver un appartement, nous occupons une chambre de fonction derrière le bureau. Tout est calme jusqu’à aujourd’hui, véritable début de la saison.Ben étant allé passer une semaine chez son père, Valy a relancé le naturisme familial depuis le week-end dernier. Et apparemment Marie-Lou s’y est remise sans problème.Hier soir, Valy venait de prendre une douche pour se rafraîchir, mais comme en fait elle s’était un peu tripotée en se lavant, elle a continué sur son lit avec son vibro en se mettant un peu de musique dans les oreilles. Elle était tellement absorbée par sa manœuvre qu’elle n’a pas entendu sa mère l’appeler pour venir dîner.Après plusieurs appels sans réponse, elle est montée la chercher. Elle est entrée sans prévenir, croyant olgun porno la trouver avec des écouteurs à fond sur la tête, mais le bonus, c’est qu’elle avait les jambes grandes ouvertes et qu’elle se pilonnait la chatte avec le gode.Elle sont restées figées toutes les deux:— Alors, Valy, tu… mais qu’est-ce…— Dis, tu pourrais frapper avant d’entrer!— Euh… oui, excuse-moi… Euh, le dîner est prêt…— OK, j’arrive tout de suite. Tu m’as coupé l’envie, de toute manière!Elle s’est levée et l’a suivie en abandonnant le vibro sur le lit, toutes deux toujours à poil. A table, elles ont parlé de l’incident. Finalement, Valy a fait valoir que c’était assez naturel à son âge d’avoir des besoins et Marie-Lou a admis qu’en effet ça lui manquait à elle aussi depuis pas mal de temps. Mais elle n’a pas accepté la proposition de Valy de lui prêter son jouet.Jouet que Valy s’est empressée de ré-utiliser dès qu’elle est retournée se coucher, en repensant à la situation précédente qui la faisait mouiller.Jeudi 24 mai 1990Coup de fil de Valy:— J’ai fait très fort hier! ma mère était sortie pour l’après-midi, et les deux copains de Ben étaient là.Comme d’habitude depuis le retour des beaux jours, j’étais en string sur la terrasse et eux me mataient à mort les fesses par la baie vitrée du salon où ils étaient installés. Tout à coup, j’ai fait semblant de réaliser l’heure, et je suis rentrée en disant que j’allais être en retard à mon rendez-vous en ville, rendez-vous fictif évidemment.Je suis allée prendre une douche, et je suis redescendue mal entourée dans une serviette trop petite qui s’ouvrait sur mon minou, sous le prétexte que ce que je voulais mettre était sur l’étendage. Je suis passée comme ça devant les garçons médusés et je suis revenue avec des affaires à la main et ma serviette encore plus mal ajustée. J’ai laissé tomber au passage un string en dentelle en faisant mine de ne pas m’en apercevoir.Quand je suis repassée une fois ma robe légère enfilée, le string avait disparu. Je suis allée à la porte d’entrée, que j’ai claquée pour leur faire croire que j’étais sortie, mais je me suis planquée dans le recoin de l’entrée.Je les ai entendu faire des commentaires sur mon académie, mon épilation et mon string, qu’ils avaient ramassé. Et ça a été l’escalade. Un des amis a proposé de l’essayer, et Ben est monté en chercher deux autres dans mes tiroirs pour que chacun en ait un.J’ai profité de la confusion pour jeter un coup d’œil discret. Ils étaient trop mignons, dans mes strings! Comme ils bandaient, leurs bites dépassaient au dessus du tissu. Soit dit en passant, mon frère en a une belle, mieux que ses copains mais pas aussi grosse que celle de Ju!Ça c’est terminé par un concours de branlettes et ils ont giclé sur le carrelage. Je dois avouer que ça m’a un peu excitée et que je me suis passée une main dans le string sous la jupe.Pendant qu’ils étaient occupés à tout nettoyer, j’ai pu quitter la maison sans bruit. Quand je suis revenue, ma mère était rentrée, les copains étaient partis, et les strings avaient réintégré leur place.— Super, il faut absolument qu’on monte un coup pour coincer ton frère!A suivre…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Je manipule et arrête les gens

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Je manipule et arrête les gensJe parlais avec une amie de ce quoi je pense quand je veux me jouer après. Je lui explique que je me suis deja imaginé de pouvoir arrêter le temps, abuser de qui je veux et repartir le temps comme si ne rien s’était passé. Elle trouvais l’idée farfelu mais dans ma tête c’était WHOAAAA ! ! !Je vous explique.Je reste près d’un gros café ou je vais a tous les 2-3 jours me chercher un velouté avec muffin. Quand c’est celle fille qui me répond ma journée est comblé. En plus d’être souriante poli elle est vraiment sexy ET ISO Hikolac ( ISO veux dire qu’elle est conforme sous toute des forme ) Cheveux brun avec toujours un bandeau et son habit de travaille ( Je sais pas mais j’ai toujours eu un penchant pour les femmes en uniforme peux importe le quel ) C’est la que l’action commence. J’arrive devant elle et POUF… j’arrête le temps. Jeune femme, vous êtes a moi. Je commence a me caresser par-dessus mon pantalon devant Tout le monde…… qui n’a pas connaissance mobil sex de ce qui se passe. Je la regarde et commence a marcher pour faire le tour du comptoir. Me toucher, en public, devant elle, l’autre bord du comptoir. Tous ces petit ” interdis ” me rende de plus en plus dur. Je me place donc derrière elle mes 2 mains sur ses épaules glissant le long de ses bras. Lui respirant dans le cou et fesa pression avec ma queue entre ses fesses. Je continua a faire glisser mes mains sur son corps. Je les posa sur ses hanches et lui remontant vers le dos pour monter au épaules. Du fait qu’elle était plus petite que moi de fut facile de passer mes main par-dessus ses épaule et de mes doigts, suivre ses bretelle de brassière jusqu’a ses seins. Après m’avoir attardé sur ses seins je devais laisser mon érection au grand air. Je baissa mon pantalon, posa mes main sur son vendre et remonta jusqu’a ses seins, par-dessous sa chemise. Je lui caressais les seins a tracers sa brassière de couleur grise. Sa asyalı sex brassière était a peine rembourrer. Des brassière comme je les aimes. Tu peux sentir ses bout dur a travers. Du bout de mes doigts, je lui chatouillais les mamelons et je me frottais le membre entre ses cuisses et a l’entré de son vagin par-dessus ses legging. Après avoir souiller son legging avec mon premier sperme, je me pancha pour lui baisser son legging et………… aucun sous-vêtement. Javais ce beau spectacle devant mon visage. Je lui est écartis les fesses et j’ai craché sur sa vulve toute sec. Je lui est mouiller le tout pour ensuite la pancher sur le comptoir. De ma main droite je lui tenais le visage contre le meuble et de l’autre, je lui tenais les 2 poignets comme si elle .tait menottée. Il n’y avais aucun son. aucun bruit. aucune parole. La seule chose que je pouvais entendre c’était le glissement de nos organes et le claquement de mon bassin sur son cul.Après l’avoir dilaté, konulu sex je la retourna sur le dos, la jambe gauche accotée sur les vitre du buffet et l’autre dans ma main gauche. je pouvais voir son trou légèrement ouvert prêt a commencer encore une fois ma pénétration, J’ai frotté mon gland sur son clitoris et a l’entré de mon pour ensuite la prendre par les hanches et la baiser comme si je voulais la défoncé. Je disait des mot comme : ” Tien ma salope………. m’as te fourrer en criss. ma tabarnak……. ……. je sais pas mais l’insulté m’a donner une excitation qui m’a fait éjaculer. je sorti mon boyau et je me laissait éjaculer sur elle. Je voyais mon jet voler dans les air et aller se déposer sur sa bouche. Plus venais. moins mon jet tait fort ce qui la couvrai de mon sperme de la bouche jusqu’a son pubis…J’ai nettoyé la scène ” de crime ” la replaça de la façon que je ” lavais arrêté ” et juste avant de retourner l’autre côté du comtpoir, je l’ai embrasser sensuellement avec la langue et je suis revenu a mon poing de depart.** Clic **Allo ! Je vais te prendre un velouté avec 2 muffin Pomme Cheddar s’il vous plait…Un café et 2 muffin, ça s'”en vient pour vous mon cher…………………….( Rictus )

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

porno izle illegal bahis illegal bahis canlı bahis kaçak bahis bahis siteleri live bet canlı bahis eryaman escort kıbrıs escort eskişehir escort fethiye escort gaziemir escort giresun escort gümüşhane escort güngören escort hatay escort iskenderun escort porno izle erzurum escort izmir escort sakarya travesti